L'Empire du Belondor

Micronation s'inspirant du Premier et du Second Empire français ainsi que de la Rome antique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Première session du Magistérium

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sa Majesté l'Empereur



Nombre de messages : 903
Age : 24
Date d'inscription : 11/07/2007

Notoriété
Tendance politique: Aucune

MessageSujet: Première session du Magistérium   Jeu 2 Aoû - 2:57

Cela faisait des années que le Belondor n'était plus syiste. La zorthodoxie avait profité de la Grande Révolution pour la supplanter, accumulant les conversions alors que le syisme apparaissait comme trop lié aux Bordebon et donc à la royauté. De fait, l'Empereur Nabelnine Ier n'avait fait que prendre acte de cette situation en faisant de la zorthodoxie la religion officielle de l'Empire en 2708, peu après le « coup de force » (comme on disait pudiquement en parlant du coup d'Etat du père de Nabelnine II, le 33 Maxenine 2707, pour rétablir l'Empire). Mais le Magistérium, lui, datait de bien plus longtemps. Il existait sous le nom de Conseil des questions religieuses sous le Premier Empire et la Second Restauration (la IIIe République l'avait supprimé par dogmatisme laïciste) et avait été rétabli sous son nom actuel dès le début du Second Empire.

Aujourd'hui, alors même qu'une crise religieuse d'ampleur apparaissait, la première en définitive depuis sept ans, le Magistérium était pour la première fois réuni. Le Primat de l'Église zorthodoxe universelle au Belondor y siègeait bien évidemment de droit et, par décret impérial (le décret impérial 2714-009), il pouvait désigner cinq personnes pour siéger à ses côtés. Le chef de l'Église syiste au Belondor aussi y siégeait de droit, possédant aussi la possibilité désigner deux personnes pour siéger à ses côtés. Il faut dire que désormais, c'était bien le syisme qui se retrouvait majoritaire avec 64 millions de fidèles environ, et ce depuis l'annexion de la Germanie. La présence de droit des chefs des cultes novunistes et halawites n'était qu'anecdotique en l'espèce et à vrai dire, il y avait peu de chance qu'ils ne viennent... C'était loin, l'Alaïenie ! L'Empereur pouvait inviter qui il désirait en surplus à ses sessions. En l'espèce, il avait donc invité l'Archichancelier Etzel de Varsalance et le Surintendant d'Etat Tancrede Batignoles. Il était quinze heures moins cinq, et l'Empereur se dirigea vers le Salon Nabelnine Ier, lieu désigné pour accueillir le Magistérium...

_________________
SA MAJESTÉ IMPÉRIALE ET ROYALE NABELNINE II
Héritier de Sa Majesté Nabelnine Ier
Empereur de la République, Empereur des Belondaures
Par les Dieux, la volonté nationale et la Constitution
Roi d'Alaïenie
Roi d'Ismarkie
Protecteur de la Nouvelle-Argentorate


Dernière édition par Sa Majesté l'Empereur le Jeu 23 Aoû - 2:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tancrede Batignoles
Parti ultra-impérialiste du Belondor


Nombre de messages : 163
Age : 49
Localisation : Elbêröhnit
Date d'inscription : 11/09/2009

Notoriété
Tendance politique: Ultra-impérialiste

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Jeu 2 Aoû - 6:39

Arrivé le premier, Tancrède fut guidé par un huissier jusqu'au Salon Nabelnine Ier. Il entra dans la pièce ou devait se dérouler la séance du Magistérium. Il attendait les représentants de la Zorthodoxie afin de les saluer eux aussi. Cependant, il ne s'assit pas et avait décidé de rester debout jusqu'a l'arrivée de l'Archichancelier et des délégations des diverses religions et bien sûr de l'Empereur.

_________________
Son Excellence Tancrède Batignoles
Président-Fondateur du Parti Ultra-Impérialiste du Belondor
Sous-Préfet de l'Agglomération d'Origodes
Maire de la Commune d'Origodes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laurasie.forumactif.org
Etzel de Varsalance
Parti impérial démocrate


Nombre de messages : 947
Age : 39
Localisation : Elbêröhnit / Varsalance
Date d'inscription : 20/02/2008

Notoriété
Tendance politique: Démocrate-impérialiste

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Sam 4 Aoû - 4:53

L'Archichancelier d'Empire avait été convié à cette session du Magistérium alors que rien dans la Constitution ou le protocole n'imposait sa présence. Toutefois, Etzel était particulièrement satisfait de pouvoir siéger aux côtés des autorités religieuses et de pouvoir débattre avec elles - si débat il devait y avoir - alors qu'il se retrouverait face à l'un des hommes qu'il détestait le plus : le Surintendant d'Etat. Cette dépréciation, sinon cette détestation, était ancienne mais avait atteint son paroxysme avec la publication du décret ayant conduit à cette réunion.

Arrivé devant les portes du Salon Nabelnine Ier, il croisa le chef de Cabinet de Sa Majesté Impériale, le Sieur Degaulle avec qui il échangea quelques salutations de commodité et s'assura de la présence du Haut Dignitaire et du souverain. On lui indiqua que le Primat du Belondor et le Grand Pontife Turmwächter devaient arriver sous peu, leur venue jusqu'au Palais Ceronine II ayant été très légèrement retardée. L'Archichancelier espérait que ce retard ne le laisse pas trop longtemps seul avec le Surintendant ou la discussion risquerait de ne pas attendre les premiers concernés.

Il passa donc les portes du Salon, tout en ayant une pensée pour les différents Dieux des différents panthéon adorés.

_________________
SON EXCELLENCE LE DUC D'EMPIRE ETZEL ITO DE VARSALANCE
Second Duc de Varsalance
Archichancelier d'Empire
Sénateur
Conseiller d'État
Sous-Préfet de l'Agglomération de Varsalance
Maire de Varsalance


Dernière édition par Etzel de Varsalance le Sam 4 Aoû - 23:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Turmwächter



Nombre de messages : 11
Age : 78
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Sam 4 Aoû - 9:40

Sa Sainteté le Grand-Pontife Hans Turmwächter n'était guère habituée aux grands départs. Depuis plusieurs décennies, celui qui fût pendant longtemps le Cardinal-Archiprêtre de l'archibasilique du Grand-Saint-Sauveur-Estoine à Alsterdyon n'avait pas même quitté l'Hollyade, préférant les voyages de l'esprit à celui du corps. Jeune, lorsque la fougue de la foy le poussait à entrer dans les ordres, il avait intégré un séminaire au Belondor, apprenant par la même la langue d'un peuple qu'il considérait déjà à l'époque comme uni par le syisme. Hans Turmwächter avait toujours privilégié le religieux au politique, et son âme ne s'en portait que mieux ainsi ; il était parvenu à incarner l'espoir de toute une confession alors que les schismes et scission étaient devenues une affaire entendue.

Si l'Hollyade, la Gélèbre, l'Eurone et le Matnal n'existaient plus en tant qu'Etats, et n'étaient plus que des démembrements du vaste territoire belondaure, cette suppression des frontières physiques permit la réunion du culte sous une seule et même Église. Aujourd'hui, la Très Sainte Église Réunifiée Syiste était la première de l'Empire et redonnait ainsi au Belondor son culte d'antan, lorsque la Grande Révolution n'avait pas encore mis au ban une religion fidèlement et vastement pratiquée.
Alors, ce n'était plus en invité mais en hôte que le Grand-Pontife Turmwächter entendait intervenir sur les questions religieuses, au nom de la préservation du Belondor.

Pour son voyage, qu'il entendait faire par la route, il décida de nommer à ses côtés les deux maîtres des ordres de la Rose Blanche et de Sainte-Éléa-la-Ressuscité, les très pieux Werner Nermon et Frederick Zellendorf qui avaient dû abandonner les armes pour se contenter de la vie monastique dans les territoires de Wärmen et Kazel. Le premier était un jeune homme charismatique que l'on voyait déjà comme successeur au Grand-Pontife, le second était un redoutable stratège et un fin rhéteur, connu notamment pour avoir vaincu une flotte albionnaise par la seule force de ses propos alors que les munitions venaient à manquer. Ainsi, aucun des trois hommes n'avaient connu Elbêröhnit telle qu'elle se présentait aujourd'hui face à eux. L'architecture hollyadienne était tout à fait différente du style belondaure : sobre mais magnifique dans ses proportions. Le carosse, flanqué des armes de Sa Sainteté Turmwächter fût encadrée par les gendarmes impériaux dès le passage de leur fort, le but étant de limiter le plus possible les mouvements de foule. Cependant, le souhait de la délégation de faire une halte à la Cathédrale Saint Sixte-de-Grande-Puissance, ancien lieu de confession syiste, obligea les militaires à s'assurer qu'aucun débordement n'ait lieu aux abords de l'édifice.

Assurément, cela devait faire plusieurs années qu'aucun chausson syiste n'avait caressé le sol de la Cathédrale, désormais vouée au culte de la zorthodoxie. Pour autant, le Grand-Pontife Hans Turmwächter ne voulait pas être le premier à y pénétrer, préférant laisser les prières se faire sans animosité. Voyant à l'inverse le frère Werner Nermon prêt à passer le porche, Sa Sainteté le rappela :

" Ô moine, ne sens-tu par Sa force d'ici ? Nul besoin d'entrer dans ce lieu saint pour te sentir chez toi. Sois assuré que Sa maison se trouve partout dans cette ville. Laisse donc à ceux qui prient leur panthéon de ne pas voir dans ta venue le souhait de les chasser. Les passions du cœur sont la ruine de l'âme et nous n'avons pas à en être affectés. Allons, nous sommes attendus. "

Sans un mot mais dans une révérence pleine de respect, le jeune homme remercia le Grand-Pontife pour ses paroles et remonta dans le carrosse. Il fallu dix minutes pour arriver jusqu'au Palais Ceronine II et encore cinq pour atteindre le Salon Nabelnine Ier. Non sans appréhension, les trois religieux passèrent le pas de la porte arrivés tout juste à l'heure. Dans sa robe rouge parée d'hermine, Sa Sainteté Hans Turmwächter signa le Surintendant et l'Archichancelier avant de prendre la parole :

" Ô moines, Nous sommes ravis de pouvoir enfin vous rencontrer. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louin-Philin du Therine



Nombre de messages : 98
Age : 71
Date d'inscription : 10/03/2007

Notoriété
Tendance politique: Aucune

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Sam 4 Aoû - 9:54

Enfin, le Primat du Belondor, Son Excellence Révérendissime Louin-Phillin du Therine arriva avec la délégation zorthodoxe. Parmi elle figuraient l'Archevêque de Beneline Monseigneur Guillemain de Pressienfialc, l'Archevêque de Veledris le Frère Jean Parmesan, l'Évêque d'Ambevoille le Frère Marigny de Flote, l'Évêque de Sainte-Lucie le Père Andrea Libelin, et l'Évêque de Sellesrai le Frère Edouan Thylophraste.

La rencontre avec la délégation syiste était une première depuis la Grande Révolution. Visiblement marqués par le motif de la convocation, Son Excellence Révérendissime et les siens saluèrent longuement le Grand-Pontife Turmwächter et s'employèrent à formuler des propos de réconfort. Par suite, le Primat du Belondor, après avoir salué l'Archichancelier, s'attarda auprès du Surintendant d'Etat, qu'il estimait beaucoup pour sa lutte dans la préservation de la foy zorthodoxe. Après avoir tendu sa main gantée pour y recueillir un baiser sur la bague ornant son annulaire, Louin-Phillin intervint :

" Votre Excellence, c'est toujours un véritable plaisir pour moi de pouvoir vous rencontrer. J'espère que votre épouse et les vôtres se portent bien depuis notre dernière rencontre. Je tenais par ailleurs à vous féliciter pour votre réussite personnelle au cours des récentes élections. Origodes a besoin d'un homme comme vous pour être mise de nouveau en avant. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tancrede Batignoles
Parti ultra-impérialiste du Belondor


Nombre de messages : 163
Age : 49
Localisation : Elbêröhnit
Date d'inscription : 11/09/2009

Notoriété
Tendance politique: Ultra-impérialiste

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Sam 4 Aoû - 12:54

Tancrède en envoyant arriver le primat du Belondor vers lui fut ému, il mit un genou à terre quand le prélat lui présenta sa bague, il l'embrassa, puis se releva et inclina respectueusement le tronc afin de saluer le Primat, il écouta le Prélat attentivement et lui répondit aussitôt.

Votre Excellence Reverrendissime m'honore en me disant celà et sachez que je serais toujours un ardent et impitoyable défenseur de la Foi zorthodoxe dans le Belondor. Je vous remercie de porter attention à mon épouse et à mes enfants qui se portent à merveille je vous remercie, enfin pour la belle victoire que nous venons d'avoir mais ne soyons pas trop joyeux une autre élection aura bientot lieu et nous esperons encore une fois tirer notre épingle du jeu.

_________________
Son Excellence Tancrède Batignoles
Président-Fondateur du Parti Ultra-Impérialiste du Belondor
Sous-Préfet de l'Agglomération d'Origodes
Maire de la Commune d'Origodes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laurasie.forumactif.org
Sa Majesté l'Empereur



Nombre de messages : 903
Age : 24
Date d'inscription : 11/07/2007

Notoriété
Tendance politique: Aucune

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Lun 6 Aoû - 4:02

Sa Majesté l'Empereur avait pour la première fois convoqué une session du Magistérium. Pour cette raison et vue l'ampleur de la crise politique et religieuse qui justifiait cette convocation, Nabelnine II avait décider de la présider en personne. Il faut dire que, étant donné que le Surintendant d'Etat - qui avait la haute main sur les affaires religieuses puisque le Secrétariat aux Cultes dépendait de ses services - était, c'est le moins que l'on pouvait dire, à l'origine de cette crise, il aurait parût on ne peut plus curieux de lui en laisser la présidence. Lorsque Sa Majesté arriva à l'entrée du Salon Nabelnine Ier,on l'avertit que l'ensemble des membres invités à participer à cette première session du Magistérium, si ce n'est le Rocque novuniste et le représentant halawite pour l'Empire, tous deux en Alaïenie, le Souverain entra dans la salle dévolue à la réunion.

Tous étaient en effet présents. L'Archichancelier d'Empire, le Grand-Pontif de l'Eglise syiste accompagné de deux individus qu'il ne connaissait pas, le Primat de l'Eglise zorthodoxe et universelle du Belondor ainsi que cinq autres religieux et enfin le Surintendant d'Etat, à l'origine de tout cela. Les onze individus, lorsqu'ils virent l'Empereur Nabelnine II pénétrer le saluèrent en respectant le protocole. Alors que les laïcs faisaient le salut impérial, les clercs baissaient respectueusement la tête. Tous néanmoins dirent « gloire à l'Empereur ». Ignorant les membres secondaires des délégations religieuses, Sa Majesté salua d'un signe de tête, sans leur adresser la parole, les deux grands dignitaires ; il s'arrêta quelques instants devant le Grand Pontife de l'Eglise réunifiée syiste :

- Votre Sainteté, nous sommes heureux de vous voir présent. Nous espérons que le trajet n'aura pas été trop long.

Le Grand Pontife ne répondit pas mais fit une révérence en remerciement de ses mots de sollicitude. Sa Majesté se dirigea alors vers le Primat de l'Eglise zorthodoxe et universelle du Belondor. La ressemblance avec son grand-oncle, dont il avait eu à déplorer le décès il y a peu, était frappante :

- Votre Excellence révérendissime, nous sommes heureux de vous voir ici. Nous savons que vous avez eu quelques problèmes de santé dernièrement et nous nous réjouissons que rien de tout cela ne se soit avéré grave. Soyez certain que nous avons beaucoup prié pour que les Dieux ne vous rappellent pas auprès d'eux. Le Belondor et les fidèles zorthodoxes ont besoin de vous.

Une nouvelle fois, on s'inclina pour le remercier. Partant, l'Empereur s'assit ayant fait le tour de la table jusqu'à son siège en bout, et indiqua aux autres qu'ils pouvaient en faire de même. Alors, il s'exprima :

- Messieurs, nous voici rassembler pour résoudre une crise religieuse d'importance. Nous avons tenu à ce que notre administration prenne les actes réglementaires visant au retrait des mesures incriminées. Nous savons le tort que cela fit aux fidèles de la foi syiste. C'est pourquoi nous avons décidé la réunion de la première session du Magistérium depuis sa création par feu notre père, Sa Majesté Nabelnine Ier. C'est pour cela, d'ailleurs, que nous avons donné son nom à ce salon...

Sa Majesté employait le très monarchique pronom « nous » et les membres présents à la réunion n'avait pas dû le manquer :

- Nous souhaitons que tous les différents soient désormais aplanis.

_________________
SA MAJESTÉ IMPÉRIALE ET ROYALE NABELNINE II
Héritier de Sa Majesté Nabelnine Ier
Empereur de la République, Empereur des Belondaures
Par les Dieux, la volonté nationale et la Constitution
Roi d'Alaïenie
Roi d'Ismarkie
Protecteur de la Nouvelle-Argentorate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etzel de Varsalance
Parti impérial démocrate


Nombre de messages : 947
Age : 39
Localisation : Elbêröhnit / Varsalance
Date d'inscription : 20/02/2008

Notoriété
Tendance politique: Démocrate-impérialiste

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Lun 6 Aoû - 9:59

L'étiquette voulait que l'Archichancelier d'Empire prenne la parole, sauf à ce que le Primat n'intervienne. Le Duc de Varsalance se trouvait à la droite de l'Empereur et avait porté une grande attention à chacun des membres présents autour de la table. S'il connaissait bien Son Excellence Révérendissime, il n'avait jamais eu l'occasion de rencontrer le Grand-Pontife, qu'il admirait secrètement pour son courage et son abnégation. Malgré son âge et l'importance de sa tâche, il avait toujours oeuvré dans l'intérêt exclusif des siens, défendant les principes de sa foy avec une conviction inégalée.

Etzel, après qu'il eût adressé un regard plein de réprimande à l'endroit du Surintendant d'Etat, cessa de veiller les morts et prit la parole.

" Messieurs, cette affaire fort fâcheuse a, comme toute chose, des points positifs malgré la situation extrêmement préoccupante qu'elle revêt. Le premier est assurément que c'est la première fois que le Magistérium se rencontre et nous permet ainsi d'apprendre à nous connaître. Le second est que nous avons la possibilité d'agir ensemble pour veiller à ce que plus jamais une telle situation n'ait à se présenter à nous.

Si le Belondor reconnaît la zorthodoxie comme religion officielle, l'Empire porte en son sein bien d'autres cultes, déclarés invités par un Concordat, mais qui rassemblent un nombre de fidèle des plus conséquents. Il apparaît ainsi qu'un pays civilisé se doit d'accepter une pluralité de cultes, tant que ceux-ci ne bafouent pas les valeurs qui fondent notre Nation. "

L'Archichancelier se tut un instant, comme pour faire prendre la mesure de ses propos aux différents protagonistes autour de la table.

" S'agissant de la question des traitements des différents ministres du culte qui craignent pour leurs économies, qu'ils soient rassurés ; le Secrétariat au Trésor va être chargé de débloquer des fonds supplémentaires au Secrétariat aux Cultes. Je sais que beaucoup ne verront dans cet effort que l'exercice normal d'une administration qui doit pourvoir à tous les besoins et ils auront raison. D'aucuns diront que j'agis pour favoriser un culte par rapport à un autre, je n'ai jamais apprécié les procès d'intention et laisse Sa Majesté impériale seule souveraine pour juger mes actes. Toutefois, cette solution me semble être celle qui rassurera nombre de personnes directement concernées par cette affaire. "

Se tournant désormais vers le Surintendant d'Etat, le visage du Duc de Varsalance s'illumina soudainement, marqué par un sourire qui se voulait sincère.

" Votre Excellence, j'ai vraisemblablement mal agi en ayant fait publier un arrêté visant à geler vos traitements... de l'ordre de vingt-trois ou vingt-cinq mille sesterces belondaures par moi. J'ai vu dans cette occasion le moyen de vous faire comprendre que ce n'était pas en bloquant l'argent que l'on parvient à trouver une solution à un problème. Je vous présente par ailleurs mes excuses pour mes actes et j'espère que vous les accepterez pour ce qu'elles sont. "

Il avait conservé tout du long cette mine enjouée, comme si un enfant préparait un mauvais tour à l'un des siens. Il reprit dans la foulée.

" Toutefois, je ne puis pardonner les propos tenus par le journal dont vous êtes l'un des associés s'agissant du culte syiste et j'ose espérer ne pas être le seul à trouver dans ces pamphlet tout ce qu'il y a de plus abject dans la pensée humaine. Je ne pense pas que ce soit en tenant des propos haineux et en faisant l'apologie de la persécution religieuse que nous atteindrons la Concorde.
Je crains finalement que les mots tenus par le Sieur Bagne dans les colonnes de L'Intransigeant aient fait plus de mal encore que la publication de votre décret. J'espère que vous en avez conscience et que vous vous en repentirez au nom des Dieux. "

Prenant soudainement un air grave et sérieux, il chercha du regard celui du Primat du Belondor, espérant que ceci confirme ce qu'il venait d'avancer.

_________________
SON EXCELLENCE LE DUC D'EMPIRE ETZEL ITO DE VARSALANCE
Second Duc de Varsalance
Archichancelier d'Empire
Sénateur
Conseiller d'État
Sous-Préfet de l'Agglomération de Varsalance
Maire de Varsalance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louin-Philin du Therine



Nombre de messages : 98
Age : 71
Date d'inscription : 10/03/2007

Notoriété
Tendance politique: Aucune

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Mer 8 Aoû - 8:04

En tant que Primat du Belondor, Son Excellence Révérendissime Louin-Phillin du Therine avait une lourde tâche à accomplir : apaiser les susceptibilités et ramener la zorthodoxie sur le devant de la scène, aux dépends du syisme. S'il savait sa religion désormais minoritaire et qu'une opposition frontale avec le Grand-Pontife risquerait de conduire le peuple à un énième soulèvement, il devait néanmoins s'assurer que la prolifération du culte syiste n'empêche pas la foy zorthodoxe de s'étendre encore et toujours. Désormais, et plus que jamais, les conversions opérées depuis la fin de la Grande Révolution n'opéraient plus avec la même fougue et les apostats étaient nombreux, choisissant leur paroisse comme de vêtements.

Les remarques de l'Archichancelier d'Empire, ne pouvaient être combattues en raison de leur justesse, mais elles pouvait être tempérées autant que possible. Entouré par ses cinq délégués, le Primat du Belondor prit donc la parole, sûr de son fait :

" Bien, je crois que le débat est désormais lancé, je remercie Son Excellence Ito de Varsalance d'avoir rappelé à chacun notre présence ici. Je constate d'ailleurs avec satisfaction qu'une solution ait été trouvée pour permettre le paiement des traitements dûs à l'égard de tous les représentants des cultes présents sur le territoire. Pour autant, veuillez m'en excusez d'avance, mais je ne serai pas aussi théâtral que vous, Excellence, quant au profond problème qui se pose à nous désormais. "

Passant ses mains sur les plis de sa robe pour les faire disparaître, Son Excellence Révérendissime jaugea le Surintendant d'Etat, pour le Grand-Pontife :

" Si la Très Sainte Eglise Zorthodoxe et Universelle condamne fermement les propos tenus dans L'Intransigeant, et souhaite que la justice fasse son office et condamne l'auteur de ces publications si elle les juge contraires au droit de notre pays, je reste particulièrement inquiet fasse au développement du syisme qui, en tant que culte invité, n'a pas à prendre la place d'une religion d'Etat.

En un sens, je crois que le Surintendant d'Etat est à remercier. Si par un acte malheureux et maladroit il a heurté la sensibilité des syistes, il a toutefois révélé un problème bien plus grand. Je comprends et accepte tout à fait qu'un Concordat ait convenu entre les différents cultes représentés sur le sol belondaure leurs droits à y être présent, pour autant, je conteste la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui. Ne sont-ce pas là des règles démesurées héritées de l'organisation féodale de la Germanie que nous avons conservé ? Que Sa Sainteté ne voit pas dans mes propos quelque outrage fait à l'administration et la gestion des siens mais il paraît inévitable que ce surcroît de ministres du culte entraîne un surcoût néfaste pour le Secrétariat aux Cultes.
Nous savons tous ici combien la foy zorthodoxe est importante pour les Belondaures. En tentant de ménager tout le monde, c'est un sentiment d'injustice et d'impiété qui gagne les croyants.

Je pense qu'un rééquilibrage des représentants du culte serait bienvenu. En favorisant la religion d'Etat tout en conservant un niveau de vie adéquat pour les cultes invités, nous agirons dans le respect de la Constitution et permettrons de sauver le Magistérium et l'Etat de l'ire des zorthodoxes qui se sentent floués et trahis. "

Au fond, Louin-Philin savait qu'il ne pouvait pas rejeter la faute au syisme sur quoi que ce fût. Sa longue maladie l'avait empêché de prendre les dispositions nécessaires pour insuffler de nouveau la foy à ceux qui prenaient le mauvais chemin. Il payait désormais des années d'erreurs et avait mis en péril sa religion. Seule un coup d'éclat magistral lui permettrait de sauver tant d'années d'acharnement. Il devrait donc renouer les liens avec le Bienheureux-Siège et solliciter la bienveillance du Patriarche Zules Quint. Seulement, en avait-il encore la force ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sa Majesté l'Empereur



Nombre de messages : 903
Age : 24
Date d'inscription : 11/07/2007

Notoriété
Tendance politique: Aucune

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Mer 8 Aoû - 10:59

Sa Majesté avait donné la parole tout d'abord à l'Archichancelier puis au Primat, de façon à respecter le protocole en vigueur dans ce genre de rencontres. En effet, une session du Magistérium ne réunissait pas que des serviteurs de l'Etat mais également des membres de société civile, en l'occurrence les autorités religieuses. De fait, la composition de l'assemblée exigeait un strict respect de l'étiquette. Ainsi, Sa Majesté, sans ajouter un mot, tendit la main en direction du Surintendant d'Etat afin qu'il réagisse aux propos des deux premiers intervenants et apporte son point de vue.

_________________
SA MAJESTÉ IMPÉRIALE ET ROYALE NABELNINE II
Héritier de Sa Majesté Nabelnine Ier
Empereur de la République, Empereur des Belondaures
Par les Dieux, la volonté nationale et la Constitution
Roi d'Alaïenie
Roi d'Ismarkie
Protecteur de la Nouvelle-Argentorate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tancrede Batignoles
Parti ultra-impérialiste du Belondor


Nombre de messages : 163
Age : 49
Localisation : Elbêröhnit
Date d'inscription : 11/09/2009

Notoriété
Tendance politique: Ultra-impérialiste

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Ven 10 Aoû - 0:02

Tancrède se leva à son tour et prit la parole.

- Votre Majesté, Votre Excellence Réverendissime, je ne reviendrai pas sur les propos de l'Archichancelier que je juge pour ma part fallacieux, grotesques, ignominieux par son contenu qui est abject, tout comme est le personnage d'ailleurs, qui est prêt à toutes les bassesses du monde pourt obtenir le pouvoir, Son Excellence de Varsalance à les chevilles qui gonflent énormément vite et de manières démesurées. Les viles excuses de ce monsieur je les écrasent de mon pied et je les méprisent.

Tancrède se tourne vers le Primat et continu

- Je suis heureux, votre Excellence Révérendissime que vous vous inquiétassiez du "probleme" Syiste comme vous le dites si bien, mais malheureusement n'est il pas trop tard pour cela? En acceptant ce culte en Belondor n'avez vous pas fait fait entrer le loup dans la bergerie?

Tancrède regarda l'Empereur et finit son discours

- Votre Majesté pour remédier au probleme qui nous concerne au premier chef ce jour, je préconise plusieurs solutions:

1°) l'établissement d'une ou de deux religions d'Etats par lesquelles seule ses offciers seront rémunérés

2°) Accorder la liberté de culte des autres religions qui s'autofinanceront
3°) faire ou refaire la division religieuse du territoire afin de diminuer les officiers inutiles.
4°) Respect de la hierarchie territoriale ecclésiastique.

Comme vous le savez le culte syiste est financé par plus de la moitié par mes services cela est beaucoup trop, et cela risque d'augmenter encore plus dans les années à venir, nous nous devons de réduire ce chifre non seulement pour faire certaines économies, mais pour un partage équitable des financements publiques des religions.


Tancrède se rassit


_________________
Son Excellence Tancrède Batignoles
Président-Fondateur du Parti Ultra-Impérialiste du Belondor
Sous-Préfet de l'Agglomération d'Origodes
Maire de la Commune d'Origodes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laurasie.forumactif.org
Louin-Philin du Therine



Nombre de messages : 98
Age : 71
Date d'inscription : 10/03/2007

Notoriété
Tendance politique: Aucune

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Ven 10 Aoû - 5:29

Lorsqu'il vit le Surintendant d'Etat se lever pour prendre la parole, Son Excellence Révérendissime Louin-Philin du Therine afficha un petit sourire de satisfaction. Mais dès les vocatifs utilisés - Tancrède Batignoles avait volontairement omis le Grand-Pontife et l'Archichancelier d'Empire - son expression se crispa dans une grimace difficilement dissimulable pour finir par avoir le visage grave et sévère lorsque la Grande Dignité se rassit.

Le Salon Nabelnine Ier, qui accueillait pour la première fois une session du Magistérium et qui avait jusqu'alors eu droit à des interventions dignes de chacun des intervenants voyait dans la prise de parole du Surintendant d'Etat tout ce que le Primat du Belondor redoutait et souhait éviter. Plutôt que de feindre les remarques de l'Archichancelier, le Président du Parti Ultra-Impérialiste du Belondor avait sombré tête baissée et laissé derrière lui bien plus de marques que celles espérées par son contradicteur. Pis, dans sa lancée, il avait même souligné que Louin-Philin n'avait pas fait son possible pour empêcher la propagation du syisme au sein du Belondor ; il remettait ouvertement en cause sa légitimité et son travail à la tête de la Primature alors que plus que jamais, la Sainte Eglise zorthodoxe avait besoin de rassembler ses forces. L'affront lancé en direction des six représentant du culte zorthodoxe était terrible. Le visage déconfit de la délégation en disait bien plus qu'un inutile discours.
Enfin, les propositions du Surintendant d'Etat étaient elles aussi équivoques. En offrant au syisme tout ce qui leur avait été jusqu'à présent refusé, Louin-Philin se trouvait particulièrement esseulé. Autoriser le culte syiste à se déclarer comme une religion d'Etat ? Voilà qui ferait la part belle aux partis de gauche et du centre qui n'hésiteraient pas un seul instant à en profiter pour bénéficier de l'appui des premiers concernés. Refaire la division religieuse du territoire ? Voilà qui mettrait encore plus la Sainte Eglise zorthodoxe dans une situation calamiteuse puisque de nombreuses paroisses arrivaient difficilement à rassembler les fidèles, les apostats n'hésitant plus à agir au grand jour, bénéficiant d'un syisme rayonnant. Enfin, Son Excellence Révérendissime ne voyait pas là où voulait en venir le Surintendant d'Etat en parlant de respect de la hiérarchie territoriale ecclésiastique ; souhaitait-il une prédominance du culte le plus puissant dans une circonscription déterminée ? Ce serait tirer une balle dans le pied des conversions voulues en Germanie !

Rubicond, le Primat du Belondor ferma les yeux quelques instants tout en prenant de longues et lentes inspirations le temps que sa tension ne baisse un peu. Il devait intervenir avec majesté et donner à chacun son dû :

" Excellence Batignoles, le pardon est une chose bien trop précieuse à chérir pour pouvoir la rejeter avec aisance. Même Itzimtlacoatl, le Prince Serpent, reconnaît et défend la miséricorde. Je sais votre intention de vouloir défendre la zorthodoxie et je connais votre amour pour l'Empire mais je vous exhorte de ne pas vous abandonner à la passion et à la fougue. "

Ce sermon était volontairement destiné à mettre l'accent sur le Dieu destructeur. En effet, le Primat pensait que Tancrède Batignoles était l'un de ses fidèles, sa position sur la foi se rapprochant inexorablement de cette frange de la Congrégation conservatrice. En faisant plaisir à Etzel de Varsalance, aux syistes et à Sa Majesté Impériale, le Primat du Belondor espérait pouvoir manoeuvrer de façon plus habile. Il renchérit donc :

" Majesté, je rejoins totalement les propositions de Son Excellence le Surintendant d'Etat concernant ce qu'il advient de faire. Nous devons préciser et conforter le Concordat signé entre les différentes religions de l'Empire et l'Etat en proclamant une fois encore la Sainte Eglise Zorthodoxe comme seule religion d'Etat. Les autres cultes devront trouver un moyen de s'autofinancer. S'agissant de la division religieuse du territoire, je propose que nous suivons l'organisation territoriale de notre Eglise, puisqu'elle recoupe démographiquement la population de notre territoire et permettra de mettre en avant les besoins en officiers nouveaux à faire rémunérer par l'Etat.
Enfin, j'espère que Sa Sainteté reconnaîtra les torts des siens dans le fait que nous nous trouvons aujourd'hui dans une situation des plus délicates. En ayant souhaité favoriser l'expansion du syisme sans en référer au Magistérium, le syisme nous a placé dans une posture pour le moins désagréable. Je sais que vous êtes une personne honorable et pleine de dévotion et ne m'inquiète guère sur l'issue de cette discussion. "

En quelques phrases, le Primat du Belondor avait joué son va-tout. Égratignant directement le Surintendant d'Etat puis jouant avec ses propres propositions, Son Excellence Révérendissime espérait pouvoir garder la tête haute et ne pas devoir concéder un bien mal-acquis au profit des syistes qui usurpaient le rôle de ministres du culte en faisant croire en l'existence d'un faux dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sa Majesté l'Empereur



Nombre de messages : 903
Age : 24
Date d'inscription : 11/07/2007

Notoriété
Tendance politique: Aucune

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Ven 10 Aoû - 8:37

Sa Majesté l'Empereur croyait voir à quel jeu se prêtait la délégation zorthodoxe. C'était un jeu certes très risqué mais qui en valait la peine en ce que, s'il était subtilement mené - et son Excellence révérendissime le Primat de l'Eglise zorthodoxe belondaure était des plus subtils et des plus politiques, pouvait se révéler extrêmement payant. Le Primat, tout en recadrant sur la forme les propos du Surintendant d'Etat, l'avait en réalité appuyé sur le fond et, s'il avait semblé se rapprocher de l'Archichancelier, n'en avait pas moins marqué son refus de l'égalité entre les cultes. Justement, il restait au Grand-Pontife, représentant en personne de la délégation syiste, à intervenir. C'est donc logiquement que le Souverain désigna celui-ci afin qu'il intervienne.

_________________
SA MAJESTÉ IMPÉRIALE ET ROYALE NABELNINE II
Héritier de Sa Majesté Nabelnine Ier
Empereur de la République, Empereur des Belondaures
Par les Dieux, la volonté nationale et la Constitution
Roi d'Alaïenie
Roi d'Ismarkie
Protecteur de la Nouvelle-Argentorate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Turmwächter



Nombre de messages : 11
Age : 78
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Lun 27 Aoû - 10:58

Hans Turmwächter, à l'image de la délégation syiste, s'était tu tout le long des vifs échanges entre politiques et religieux ; en respect de l'étiquette ? D'aucuns auraient répondu par l'affirmative mais Sa Sainteté était bien plus maligne que cela. En laissant le jeu des zorthodoxes s'ouvrir, il serait possible aux syistes de répliquer. Le Grand-Pontife ne s'était guère trompé sur les personnes qui étaient réunies autour de la table ; du Surintendant d'Etat réactionnaire et frondeur au Primat dépassé par les événements jusqu'à l'Empereur passionné et incapable d'agir au nom de l'Etat, tous cherchaient à tirer la couverture vers eux. Pourtant, alors que la situation était des plus critiques, le représentant de la Très Sainte Eglise Syiste Réunifiée ne paraissait pas embarrassé, au contraire. Il savait qu'il affrontait un adversaire bien plus fort et qui employait les règles du jeu à son propre avantage en la personne de Nabelnine II, et qui avait décidé à l'avance du vainqueur de cette joute verbale.

Le Grand-Pontife imposa un long et terrible silence, près de deux minutes durant. Il avait les yeux clos, les lèvres susurrant quelques mots à peine audibles de temps à autre, sa prière lui demandant une terrible concentration. Lorsqu'il eut fini, il rouvrit les yeux avec sérénité, avant d'afficher un sourire plein de malice. Puis, ouvrant ses mains comme pour y recueillir des offrandes invisibles, il les admira quelques temps, croyant percevoir au creux de ses paumes épuisées par l'âge et l'usage, le signe qu'il attendait avant de prendre la parole :

" Ô moines, il est désormais temps pour nous de répondre à vos interrogations et de vous apporter Sa Lumière. Nous sommes conscients que l'exercice de l'Etat nécessite une grande expérience et de nombreuses qualités sinon de vertus dont peu d'hommes disposent de nos jours. Le devoir qui incombe à un souverain dépasse tout ce que les petites gens peuvent croire, puisque chacun de ses choix doit n'être qu'effectué en prévision de l'avenir. Aujourd'hui, chacun découvrira de lui-même plus qu'au cours des dernières années de sa vie ; l'oeuvre entreprise est considérable et pour aboutir dans les formes, elle devra nécessiter un travail inouï et l'acceptation de beaucoup de renoncements et de sacrifices.
Nous savons aussi combien il est difficile d'ouvrir le coeur des hommes et d'y placer la Foi. Par nature, la création humaine est craintive et peu encline à suivre une force plus puissante qu'elle. Mais lorsqu'elle comprend, alors elle entre de plein pied dans la civilisation. La religion agit là où l'Etat ne peut intervenir convenablement, faute de moyens ou faute d'efforts. J'ai entendu parler il y a quelques temps de la volonté d'admettre l'union contre-nature de personnes du même sexe, pensez-vous que seul l'Etat soit à même d'intervenir pour éduquer les peuples ? Non, nous avons là un rôle éminemment important à remplir. Cependant, certains, au nom d'un faux-culturisme souhaite empêcher le syiste d'agir pleinement.

Nous remplissons tous les mêmes missions, ô moines ; en premier lieu desquelles celle de l'accompagnement et de l'encadrement des hommes. Toutefois, les prérogatives des Eglises ne s'arrêtent pas là, contrairement à celles d'un souverain. Si nous pouvons décider pour la Terre, nous décidons aussi pour les Cieux et c'est ce qui fait de nous non plus de simples Hommes mais des Illuminés. Lorsque nous agissons, nous intervenir toujours dans l'intérêt le plus général et celui qui permettra la concorde et la paix, et ce, même si nous devons parfois prendre les armes et nous battre.
Alors, lorsqu'un souverain entend conquérir un peuple et l'asservir, sa mission première est de garantir que l'idée de Nation soit supportée. Nous vous épargnerons un travail étymologique sur ce mot que chacun aura su faire. Dès lors que l'Empire s'ouvre et incorpore de nouveaux peuples, son administration doit veiller à ce que la religion, à la base de l'éducation et du respect de la tradition, soit considérée avec le respect qui lui est dû. "

Le Grand-Pontige avait le visage détendu, la voix posée, le regard clair. Assurément, il était l'homme de la situation et semblait presque indifférent à la solution qui serait retenue. Lui, l'Illuminé, devait réussir à ouvrir le champ de la compréhension à des hommes aveugles. Il ne craignait pas le courroux des hommes, mais seulement celui de Sevan :

" Ainsi, quand nous avons appris la décision pour votre administration de vous en prendre au syisme, nous n'avons été qu'à moitié surpris. Nous savions que vous finiriez tôt ou tard par tenter d'imposer le dogme de la zorthodoxie ; ce qui nous a étonné fut que seule notre Eglise soit concernée par votre décret.
Notre souhait aurait été que vous agissiez avec mesure et que ce Magistérium se rencontre auparavant plutôt que par suite de dérapages malheureusement souhaités et prémédités. Ainsi, nous aurions pu nourrir des échanges sur les différends qui sont les nôtres sans que l'opinion ne soit à la fois complice et victime de tout ceci.

Avant l'invitation à cette session extraordinaire, nous n'avions jamais reçu le moindre message provenant de votre administration. A croire que Son Excellence ici présente avait plus à faire pour son parti politique et son journal que pour son Empereur et son Empire. Qu'elle nous pardonne, nous ne délivrons ici que l'étude de nos constatations et nous espérons que la vérité est toute autre. Mais puisqu'elle a eu l'audace de faire des propositions et pour pouvoir répondre à Son Excellence Révérendissime, voici nos remarques et objections. "

Les Grands-Maîtres, muets, se contentaient d'écouter avec respect les propos de Sa Sainteté sans jamais oser lever le regard vers elle. Concentré sur l'Empereur, le Grand-Maître Nermon cherchait à abattre du regard le jeune homme moustachu qui se trouvait non loin de lui, visiblement irrité par le manque de bravoure du souverain. Flegmatique, le Grand-Pontife poursuivit :

" Il nous semble que le régime d'exception imposé aux cultes n'est pas celui d'un pays qui se revendique comme le phare de l'Archipel mais à l'inverse, un pays qui s'égare vers un sombre avenir. Voyez autour de vous, seuls les représentants de deux cultes parmi ceux reconnus par le Belondor sont présents ; au fond, notre pays n'est-il pas assez grand pour accueillir en son sein deux religions d'Etat ? Ne vous y trompez pas, ô moines ; seule notre reconnaissance favorisera l'essor de la croyance dans le coeur de nos concitoyens.

La zorthodoxie et le syisme, ou le syisme et la zorthodoxie c'est selon, sont les deux seules religions à avoir un impact aussi significatif au sein de la métropole belondaure. Comme le reconnaît la Constitution, les colonies sont possessions personnelles de Sa Majesté Impériale. Par conséquent, rien ne l'empêche d'administrer les cultes majoritaires au sein de ces territoires comme bon lui semble, pas un auto-financement par exemple. Cela accorderait très certainement une plus grande facilité de paiement envers les deux religions d'Etat, reconnues et financées comme il se doit.

Quant à l'idée d'établir une division religieuse au sien du territoire, nous y sommes parfaitement favorables. La Très Sainte Eglise Syiste Réunifiée n'a pas pu s'implanter convenablement sur le territoire belondaure depuis quelques décennies. Cela serait l'occasion de redéfinir un nouveau redéploiement de nos ministres du culte suivant les besoins. "

Cette proposition évoquée, Sa Sainteté le Grand Pontife adressa un sourire des plus amusés à l'endroit du Surintendant d'Etat qui l'avait formulée. Contrecarrant finalement son projet de réduire la portée du syisme, voilà que la proposition inverse était désormais ouvertement formulée. Visiblement intéressé par le sujet, Hans poursuivit, en guise de conclusion :

" Nous n'avons pas compris là où son Excellence le Surintendant d'Etat souhaitait faire aboutir son développement lorsqu'elle a évoqué le devoir de faire respecter la hiérarchie territoriale ecclésiastique. Toutefois, nous souhaitons rappeler à tous ici présents que la Très Sainte Eglise Syiste Réunifiée est prête à concourir à tout souhait de formuler un serment ou de faire appliquer une justice prise à l'aune des règles que nous nous appliquons au quotidien.

En tout état de cause, nous croyons que les deux Eglises majeures du Belondor doivent agir conjointement et non pas de façon divergentes ou opposées. La fracture au sein du peuple voire au sein de l'administration impériale pourrait être irréversible. Pour quelques effets positifs à très court terme, des terribles effets négatifs sur le moyen et long terme seraient à craindre.

Mais, ô moines, nous savons que chacun prendre ici la mesure des choses et que la meilleure solution sera appliquée, pour le bien de notre Nation."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sa Majesté l'Empereur



Nombre de messages : 903
Age : 24
Date d'inscription : 11/07/2007

Notoriété
Tendance politique: Aucune

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Mar 28 Aoû - 0:40

Tous s'étaient exprimés. L'Empereur avait donc pris conseil lors de cette première session du Mgistérium et désormais il lui revenait de s'exprimer et d'annoncer ses décisions. Elles n'étaient pas faciles à prendre. L'Empereur, éduqué dans une foi zorthodoxe fervente, se devait de savoir prendre en compte l'intérêt général de l'Empire, peu importe si, instinctivement, il aurait préféré que l'Empire réponde à l'adage ancien qui voulait qu'un pays ait une foi, une loi, un souverain. Or, Sa Majesté savait que son gouvernement ne résisterait certainement pas à une querelle religieuse trop longue et trop profonde. La solution se trouvait donc dans le juste milieu, et en tant qu'Empereur des Belondaures il était le seul à même à pouvoir révéler cette solution.

Sa Majesté voyait tous les regards tournés vers lui. Gouvernant plus de 105 millions d'individus réunis désormais en un seul Peuple, il ne pouvait se laisser aller à l'émotion. Nabelnine II était un animal à sang froid, sans aucune comparaison possible avec son impérial parent. Oh ! Certes, Nabelnine Ier avait moult qualités, mais il se montrait parfois trop tendre, trop... humain. Le fils de celui-ci était persuadé qu'une des raisons de sa chute était liée à cette trop grande générosité, à cette humanité. Prenant le contre-pied, il se voulait froid et calculateur.

C'est ainsi qu'il apporta sa réponse :

- Nous avons pris conseils auprès de vous et avons pris notre décision. Il convient de conforter le statut de l'Eglise zorthodoxe sans pour autant léser les fidèles de l'Eglise syiste. Ces deux cultes ont un statut à part de par la Constitution. Nous pensons qu'ils doivent le conserver. L'Eglise zorthodoxe est la religion officielle de l'Empire. Pour certains, celle-ci doit devenir la religion d'Etat. Peu importe les termes, la fin reste la même, la zorthodoxie a vocation à être la première religion du pays et le syisme ne peut être que la deuxième. C'est ainsi qu'il en est dans la Constitution, il ne peut en être autrement.

Tous l'écoutaient :

- J'approuve les propos de son Excellence Révérendissime le Primat. L'Etat renégociera ses liens avec les cultes invités, chacun bénéficiera d'un concordat qu'il lui sera propre, suivant l'importance cultuelle et culturelle.

La décision était tombée. C'en était fini du financement des cultes dits minoritaires par l'Etat belondaure.

_________________
SA MAJESTÉ IMPÉRIALE ET ROYALE NABELNINE II
Héritier de Sa Majesté Nabelnine Ier
Empereur de la République, Empereur des Belondaures
Par les Dieux, la volonté nationale et la Constitution
Roi d'Alaïenie
Roi d'Ismarkie
Protecteur de la Nouvelle-Argentorate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etzel de Varsalance
Parti impérial démocrate


Nombre de messages : 947
Age : 39
Localisation : Elbêröhnit / Varsalance
Date d'inscription : 20/02/2008

Notoriété
Tendance politique: Démocrate-impérialiste

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Mar 28 Aoû - 1:44

L'Archichancelier faisait littéralement des bonds sur sa chaise à chacune des phrases de l'Empereur. Outragé devant une telle désinvolture, il n'osait pas croire à une telle intervention de sa part ; son agacement était visible par l'ensemble des protagonistes, difficilement dissimulable sous un teint rubicond à en rendre pâle une soutane de cardinal.
Le Duc de Varsalance était un nabelniste convaincu, pas un dictateur sauvageon sans aucune conscience du devoir d'un souverain. Les propos d'Hans Turmwächter forçaient plus facilement au respect que ceux du jeune Empereur. D'ailleurs, aucun des représentants syistes ne bronchait, comme s'ils accusaient le coup avec une fatalité déconcertante ; du côté zorthodoxe l'embarras était tout aussi grand à en voir les mines guère à la fête. Peut-être le Surintendant d'Etat exultait-il intérieurement mais Etzel n'en avait que faire. Abattu sur son fauteuil, il espérait encore à un miracle, priant les Dieux de tous les panthéons pour que quelqu'un intervienne.

_________________
SON EXCELLENCE LE DUC D'EMPIRE ETZEL ITO DE VARSALANCE
Second Duc de Varsalance
Archichancelier d'Empire
Sénateur
Conseiller d'État
Sous-Préfet de l'Agglomération de Varsalance
Maire de Varsalance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louin-Philin du Therine



Nombre de messages : 98
Age : 71
Date d'inscription : 10/03/2007

Notoriété
Tendance politique: Aucune

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Mar 28 Aoû - 2:17

Louin-Philin avait écouté avec une une véritable admiration les propos de Sa Sainteté Turmwächter. Indéniablement, le Grand-Pontife ne volait pas son titre et sa béatification était déjà effective. Loin de s'arrêter à un simple exercice de style, le représentant syiste espérait sincèrement faire abonder Sa Majesté Impériale dans son sens. Pour le Primat du Belondor, les choses paraissaient limpides : en se rapprochant de la Très Sainte Eglise Syiste Réunifiée, la Primature du Belondor pourrait tirer son épingle du jeu. La confrontation entre ces deux puissantes religions ne serait pas profitable à la zorthodoxie et ne ferait que le jeu des extrémistes. En outre, les finances de l'Eglise ne lui permettraient pas de défendre la politique de la religion officielle unique face à la déferlante qui s'en prendrait à lui. Alors que le Grand-Pontife se plaçait en rassembleur, Louin-Phillin devait-il jouer son opposé ?

La solution retenue par Nabelnine II ne pouvait pas le satisfaire, évidemment. L'offre faite par Turmwächter de continuer de financer les deux cultes majoritaires semblait être l'idée la plus raisonnable et réfléchie. S'il se taisait et abondait donc indirectement dans le sens du jeune souverain, les critiques feraient de lui un homme soumis, incapable d'intervenir et uniquement placé sous la protection de l'Etat. Le Primat du belondor regroupait plusieurs dizaines de millions de fidèles et il ne passerait que pour un pantin du pouvoir ? La solution à laquelle il souhaitait aboutir était éminemment politique encore une fois. C'était finalement un changement de veste par rapport aux propos tenus quelques dizaines de minutes plus tôt. Alors qu'il souhaitait tantôt voir la zorthodoxie comme étant la seule religion d'Etat et donc la seule financée, il souhaitait désormais l'inverse.

" Votre Majesté, avec tout le respect que je vous dois, je crois que votre solution n'apportera finalement que des bénéfices en trompe-l'oeil. Comme l'a très justement fait remarquer le Grand-Pontife, seules nos deux religions ont de l'influence en métropole tandis que les colonies n'ont pas réceptionné nos missions comme je l'aurais cru.
La Primature a de grands frais humains qu'il faut savoir combler et c'est par la zorthodoxie que nous disposons encore d'un certain conservatisme dans la société, bienheureux par ailleurs. Toutefois, j'aime à penser que nous remplirons nos églises non pas car nous sommes les seuls à pouvoir payer nos prêtres et nos curés, mais car nos fidèles croient sincèrement en notre authenticité et notre volonté de vouloir les rassembler.

Ainsi, je vous implore de revenir sur votre décision. Je crois que la délégation syiste importe peu d'importance à la représentation officielle des cultes et s'accommodera très bien de son titre de religion officielle à défaut de celui de religion d'Etat pour la zorthodoxie. Mais en acceptant de poursuivre le financement des ministres du culte syiste, vous agirez de façon pacifique et oeuvrerez pour la concorde.

Nous ne pouvons pas bâcler nos discussions et nous arrêter après avoir eu le droit à une unique prise de parole. Je me fais une haute idée du rôle du Magistérium et j'espère que nous pourrons apporter de nouvelles propositions pour trouver un financement au syisme qui ne soit pas trop contraignant pour les finances de l'Etat, si la solution de l'auto-financement pour les autres cultes ne pouvait pas être envisagée. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etzel de Varsalance
Parti impérial démocrate


Nombre de messages : 947
Age : 39
Localisation : Elbêröhnit / Varsalance
Date d'inscription : 20/02/2008

Notoriété
Tendance politique: Démocrate-impérialiste

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Mar 28 Aoû - 2:28

Etzel de Varsalance n'osait y croire. Voilà que le Primat du Belondor décidait enfin, et pour la première fois peut-être depuis de nombreuses années, d'assumer pleinement sa charge et de défendre l'idée cultuelle du Belondor. L'Archichancelier d'Empire s'assura qu'il n'avait pas rêvé en scrutant les visages défaits des autres représentants zorthodoxes et du Surintendant d'Etat. S'il ne voulait pas voir celle du jeune Empereur, le Duc de Varsalance sentait toutefois une puissance orageusement terrible non loin de lui.

L'occasion était trop belle pour la laisser filer. Il lui fallait trouver immédiatement un moyen de rebondir sans que Nabelnine II ne coupe court à la discussion et l'arrête définitivement en congédiant la tablée. Puissamment, le Duc se redressa sur son fauteuil et renchérit :

" Votre Majesté, Votre Excellence Révérendissime. En permettant à l'Eglise Syiste de disposer du financement de son personnel, ce ne sont pas les fidèles syistes qui vous remercieront mais bel et bien les fidèles zorthodoxes. Je crains que la Fronde d'Elbêröhnit ne soit rien à côté de ce qui nous attend si l'on décider de ne pas entendre la voix des syistes.
Majesté, on vous accusera d'avoir voulu conquérir un territoire qui n'avait pas la même culture ni la même religion pour ensuite l'exterminer pour y favoriser l'essor de la zorthodoxie. Les critiques seront terribles pour sûr, et sûrement bien plus mensongères et haineuses que ces accusations qui m'effraient.
Votre Excellence Révérendissime, votre inattendu mais souhaitable retour à un discours pour posé ne peut que vous servir. En éloignant toute idée de conflit larvé ou direct avec le syisme, vous rassurez par la même de nombreux zorthodoxes qui attendent de vous que vous agissiez dans les plus grandes tempérance et miséricordes.

Sa Sainteté le Grand-Pontife, si elle admettait le seul statut de religion d'Etat, puisqu'il semble que cette terminologie plaise, à la zorthodoxie et se contentait d'être reconnue par le financement de ses représentants, serait sûrement gagnante elle aussi dans cette tractation. "

_________________
SON EXCELLENCE LE DUC D'EMPIRE ETZEL ITO DE VARSALANCE
Second Duc de Varsalance
Archichancelier d'Empire
Sénateur
Conseiller d'État
Sous-Préfet de l'Agglomération de Varsalance
Maire de Varsalance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Turmwächter



Nombre de messages : 11
Age : 78
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Mar 28 Aoû - 3:01

Sa Sainteté le Grand-Pontife Hans Turmwächter avait connu nombre de revirements au cours de sa vie. Il avait même été acteur, lors du Grand Synode d'Alsterdyon au renversement de la famille Grand-ducale au pouvoir en Hollyade pour l'instauration de la République Syiste. Alors ce n'était pas aujourd'hui qu'il serait surpris si Sa Majesté l'Empereur devait finalement revenir sur sa décision.

Sa première satisfaction était de constater que ses prières, ou bien ses mots, avaient fini par toucher le coeur du Primat du Belondor qui s'offrait dorénavant à venir en aide envers les syistes. Quelle belle prestation de sa part ! En cherchant ainsi à se poser en intermédiaire entre l'Empereur et la Très Sainte Eglise Syiste Réunifiée, Louin-Philin du Thérine espérait se voir couvert d'éloges de toutes parts. Le Duc de Varsalance l'avait bien compris lui aussi, mais dans l'empressement, avait manqué de tactique en dévoilant à tous le fin mot de l'histoire.
Finalement, seul le soutien du Surintendant d'Etat à la stratégie impériale était encore envisageable mais montrait à quoi elle se résumait : une peau de chagrin basée sur la haine et la détestation des autres ; triste époque en vérité.

Mais il savait que l'Empereur n'hésiterait pas à réagir et comme bien souvent, lorsque l'on porte atteinte à une décision du souverain, ce dernier ne fait qu'accabler un peu plus ceux qui ont osé s'opposer à lui. En outre, le jeune homme ne devait pas être habitué à ce qu'on lui tienne tête depuis qu'il était monté sur le trône. Alors, la prise de parole du Grand-Pontife devrait être des plus mesurées. Il se tourna en premier vers le Primat du Belondor et l'Archichancelier d'Empire :

" Ô moines, vos propos vous honorent et nous ne pouvons que vous remercier de nos voeux de souhaiter ainsi trouver une solution équitable qui satisfasse nos deux Eglises. Nous espérons qu'un jour la zorthodoxie et le syisme vivrons côte à côte sans que quiconque ne vienne froisser cette entente fraternelle. "

Puis, dans un mouvement grâcieux de robe, le buste de Sa Sainteté fit face à l'Empereur :

" Votre Majesté. "

Pour la première fois, l'apostrophe était différente. D'ailleurs, les deux Grands-Maîtres s'étonnèrent d'une telle formulation, inhabituelle venant du Grand-Pontife. Ce dernier agissait volontairement cherchant à ne pas plus braquer Nabelnine. Après une longue inspiration - peut-être pour trouver les mots qui manquaient à son discours - il reprit :

" Votre réponse réservée montre combien la question est épineuse et la solution douloureuse à faire accoucher. Nous ne prétendons pas faire de la maïeutique, mais nous savons et comprenons. C'est dans ces moments là où il faut parvenir à saisir la main qui nous est tendue et à accepter l'aide qui nous est faite.

Nous comprenons bien votre souhait de considérer comme religion première la zorthodoxie par respect envers votre positivisme. Mais comme vous l'avez rappelé, le syisme a aussi un statut à part qu'il faut réussir à faire respecter et votre volonté de ne pas léser nos fidèles démontre votre souci envers notre Eglise.

Puisque vous souhaitez que l'Etat renégocie ses liens avec les cultes invités, et nous supposons que vous considérez toujours la Très Sainte Eglise Syiste Réunifiée comme tel, alors nous vous sollicitons pour conserver le financement de ses ministres. Vous l'avez relevé avec justesse, l'importance culturelle et cultuelle doit être mesurée. Ici, elle ne doit pas être prise comme une menace mais comme un bienfait pour l'Empire tout entier. Voyez, par cette contribution de l'Etat, un moyen de favoriser la prévention à la répression de nombreux délits et crimes, tant moraux que physiques. Notre mission n'est pas de faire de la politique mais bel et bien d'assister la vôtre. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sa Majesté l'Empereur



Nombre de messages : 903
Age : 24
Date d'inscription : 11/07/2007

Notoriété
Tendance politique: Aucune

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Mar 28 Aoû - 11:45

Sa Majesté regarda successivement chacun des membres présents à cette session du Magistérium. Tous semblaient s'être ligués contre sa décision. N'était-ce pas chose étrange que les hommes ? Ils attendaient une décision de leur souverain, le pressant de la dévoiler, pour mieux pouvoir la contester ensuite. Cela, il l'avait su dès le début. Son père, pourtant si généreux, trop tendre à ses yeux, n'en était pas moins lucide sur cette condition humaine. Nabelnine II avait-il conquis l'Eurone, la Gélèbre, l'Hollyade et le Matnal uniquement pour asservir ces populations ? Non, certes pas. L'honneur, la sagesse et la gloire lui avaient dicté sa conduite. L'honneur. Venger l'affront de l'invasion durant la Guerre de Sécession. La sagesse. Annexer ces territoires et détruire leurs dynasties pour éliminer une menace persistante depuis des siècles pour l'indépendance et la souveraineté du Belondor. La gloire. Sortir triomphant d'une guerre de manière à être idolatrer du Peuple et à fortifier son règne débutant.

Depuis qu'il était Empereur, ce funeste 7 Nabelnine 2712, il avait su que les premiers mois de son règne seraient particulièrement difficiles. Et comment pouvait-il en être autrement alors même qu'il avait appris qu'il succédait à son père quand celui-ci était aux mains des traitres et des rebelles ? Mais une nouvelle fois le Belondor avait survécu et l'Empire avait vaincu ses ennemis, tant intérieurs qu'extérieurs. Aujourd'hui, le Belondor était pacifié et il lui revenait d'en conduire les destinées jusqu'à sa mort. Pouvait-il, dès lors, accepter que l'on discute ses décisions, attaque son autorité ? Certes pas. Mais l'Empereur était un jeune homme très habile, également. Telle une araignée, il tissait sa toile lentement. Jusqu'à présent il n'avait jamais eu à connaître de recul tactique. Il fallait bien un début à tout. C'est ainsi qu'il dit, s'adressant à tous :

- Nous entendons ce que vous dîtes. Jamais n'a-t-il été en notre intention de réformer la Constitution pour accorder de nouveaux statuts à l'Eglise zorthodoxe universel ou à l'Eglise Syiste Réunifiée. Nous n'avons jamais prononcé de tels propos et nous espérons à l'avenir que nos fidèles et loyaux membres du conseil du Magistérium sauront être mieux attentifs à nos propos.

Une mouche vola. Le propos était limpide, Sa Majesté n'entendait pas que l'on bafoua ouvertement son impériale autorité :

- Nous entendons certains membres de cette assemblée s'affoler d'une possible suppression du financement des cultes invités. Une telle phrase n'a-t-elle jamais été prononcée par nous ? Non, assurément. Nonobstant, il convient que la zorthodoxie reste religion officielle, la première de l'Empire. Il apparaît raisonnable que soit reconnu au syisme son rôle culturel et cultuel majeur au Belondor. Est-ce nouveau ? C'est la Constitution, ni plus ni moins. Notre intention était de redéfinir le cadre de cette liberté de culte au Belondor, pour l'ensemble des Eglises, qui sont nombreuses, afin que chacune puisse tirer un statut particulier eut égard à sa légitimité. Qui donc s'y oppose ?

Par cette question, l'Empereur retournait à son avantage la situation. Quiconque oserait dire qu'il s'y opposait paraîtrait rompre son serment envers l'Empire et l'Empereur. D'ailleurs, les explications sibyllines du Souverain semblaient crédibiliser la thèse de l'incompréhension des membres du Magistérium.

_________________
SA MAJESTÉ IMPÉRIALE ET ROYALE NABELNINE II
Héritier de Sa Majesté Nabelnine Ier
Empereur de la République, Empereur des Belondaures
Par les Dieux, la volonté nationale et la Constitution
Roi d'Alaïenie
Roi d'Ismarkie
Protecteur de la Nouvelle-Argentorate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etzel de Varsalance
Parti impérial démocrate


Nombre de messages : 947
Age : 39
Localisation : Elbêröhnit / Varsalance
Date d'inscription : 20/02/2008

Notoriété
Tendance politique: Démocrate-impérialiste

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Jeu 30 Aoû - 4:56

L'Archichancelier d'Empire n'était pas rassuré par les propos de l'Empereur. Comme il s'y était attendu, sa position n'était pas clairement définie et il laissait toujours planer un doute certain sur l'avenir des religions en activité au Belondor. Le jeune souverain avait toutefois dû se mettre sur la défensive, voyant bien qu'il ne pourrait pas fédérer derrière lui une position claire et stable ; le début d'une nouvelle politique ? Assurément pas, le Duc de Varsalance était persuadé que Nabelnine II ne réagirait pas ainsi de si tôt.

En tous les cas, il fallait désormais faire aboutir cette session du Magistérium sur une solution consensuelle qui permettrait à chacun de garder la tête haute. Etzel avait pu constater de quelle manière les uns et les autres essayaient de s'attribuer les mérites de la discussion et voulait se poser comme interlocuteur capable de fédérer autour de lui l'avis des autres. Néanmoins, chacun prêchait, au propre comme au figuré, pour sa paroisse ; difficile donc de pouvoir être véritablement objectif et de permettre de définir une position non-entachée par les attentes de fidèles ou de citoyens engagés dans le débat. Au fond, c'était peut-être à l'Archichancelier d'Empire d'intervenir puisqu'il n'avait rien à défendre ni à gagner dans ce débat.

Toutefois, il préférait attendre l'intervention de l'une ou de l'autre des autorités religieuses, sinon du Surintendant d'Etat.

_________________
SON EXCELLENCE LE DUC D'EMPIRE ETZEL ITO DE VARSALANCE
Second Duc de Varsalance
Archichancelier d'Empire
Sénateur
Conseiller d'État
Sous-Préfet de l'Agglomération de Varsalance
Maire de Varsalance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tancrede Batignoles
Parti ultra-impérialiste du Belondor


Nombre de messages : 163
Age : 49
Localisation : Elbêröhnit
Date d'inscription : 11/09/2009

Notoriété
Tendance politique: Ultra-impérialiste

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Dim 2 Sep - 11:57

Tancrède se leva et prit la parole

Votre Majesté, Votre Excellence Révérendissime, si je peux me permettre Votre Majesté, soit vous en dites trop ou pas assez, Dois je vous rappeller que le Belondor n'a pas vocation à devenir Syiste.
Le Belondor ne peut et doit avoir qu'une seule et unique religion: la zorthodoxie. Votre Majesté je vous propose donc de changer notre constitution afin de mettre comme religion d'Etat notre religion et sachez que donner de l'importance à cette pseudo religion syiste, causera de grands torts et de grands dommages à votre pays.

Il faut réduire, les effectifs de la religion syiste, non seulement pour permettre des économies mais aussi pour montrer que vous ne tolerez qu'un seul et unique culte la Zorthodoxie

Enfin Votre Majesté vous vous devez d'être le garant et le défenseur de la Zorthodoxie en Belondor, vous devez la renforcer, être le couteau entre les dents pour chasser les religions paiennes et les apostatiques
.

Tancrède se rassit

_________________
Son Excellence Tancrède Batignoles
Président-Fondateur du Parti Ultra-Impérialiste du Belondor
Sous-Préfet de l'Agglomération d'Origodes
Maire de la Commune d'Origodes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laurasie.forumactif.org
Sa Majesté l'Empereur



Nombre de messages : 903
Age : 24
Date d'inscription : 11/07/2007

Notoriété
Tendance politique: Aucune

MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Ven 7 Sep - 1:46

Le Surintendant d'Etat s'était exprimé en des termes virulents alors même que l'Empereur souhaitait oeuvrer à un consensus permettant d'éviter une crise religieuse qui pourrait - aurait, même, assurément ! - avoir de graves répercussions sur la stabilité politique du Belondor, voire même sur son unité. Nous fallait-il oublier que le pays était syiste en majorité ? Cela, l'Empereur ne le pouvait, à moins de ne mettre en péril cette conquête qu'était la Germanie. Déjà, nombre de conseillers lui reprochaient la nouvelle Constitution laquelle, jusqu'au coeur même du Gouvernement, était critiquée par presque tous, si ce n'était le Duc de Varsalance. On l'implorait de tourner le dos à cette résurrection de la République impériale que son père avait mise de côté... L'Empereur connaissait bien des soucis, il ne pouvait se payer le luxe d'en connaître plus.

Ainsi, pour la première fois depuis qu'il était souverain du Belondor, Nabelnine II laissa un sentiment transparaître sur son visage. Celui de l'agacement. Répondant au Sieur Batignoles, il lui dit :

- Vous ne semblez pas avoir compris notre propos, votre Excellence le Surintendant d'Etat. A nulle occasion, il n'a été dit que nous entendions modifier la Constitution pour accorder à l'un ou l'autre des cultes le statut de religion d'Etat, laquelle mettrait fin à la liberté religieuse. Au contraire, il est de notre intention de la raffermir. Si nous mettions en péril celle-ci, c'est la paix et la prospérité du Belondor qui seraient en péril.

_________________
SA MAJESTÉ IMPÉRIALE ET ROYALE NABELNINE II
Héritier de Sa Majesté Nabelnine Ier
Empereur de la République, Empereur des Belondaures
Par les Dieux, la volonté nationale et la Constitution
Roi d'Alaïenie
Roi d'Ismarkie
Protecteur de la Nouvelle-Argentorate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première session du Magistérium   Aujourd'hui à 2:22

Revenir en haut Aller en bas
 
Première session du Magistérium
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [One Shot] Capharnaüm épisode 2 : Sable et Marbre ! (Bis)
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Première mission
» "Ne lui jetez pas la première bière..." [The Simpsons]
» Session time out...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire du Belondor :: Salon Nabelnine Ier-
Sauter vers: