L'Empire du Belondor

Micronation s'inspirant du Premier et du Second Empire français ainsi que de la Rome antique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Déconfiture et reprise en main

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Agrippine Gatline



Nombre de messages : 11
Age : 27
Date d'inscription : 04/11/2010

Notoriété
Tendance politique: Aucune

MessageSujet: Déconfiture et reprise en main   Dim 15 Juil - 8:44

Le monde des affaires à Ecoscient se posait beaucoup de questions depuis quelques mois au sujet de l'élément le plus virulent du cercle très restreints des grandes patrons belondaures. Agrippine Gatline n'avait plus donné signe de vie depuis que l'Empereur l'avait invité (doux euphémisme) au Palais Impérial. Des propos qui furent échangés, on ne sut rien. Une source bien placé signala juste qu'on avait entendu la dame levé la voix. La même source indiquant qu'elle était reparti troublé, le regard vide.

Quelques jours et quelques fuites plus tard, la nouvelle fit sensation, le frère d'Agrippine, Edorel, qui était jusqu’alors connu pour avoir tenu en respect une armée gélébroise trois fois supérieur à la sienne, lui qui fut Grand-Moff le temps de quelques mois, et que tout le monde croyez mort ! Le bougre est réapparue au Zollernberg, dans le sillage du Grand-Duc Louis et dans l'ombre du Feld-Maréchal Zabrucksï. Quelle est la raison de cette résurrection ? Pour l'instant nul ne le sait, personne n'a pu l'approcher parait-il. A l'occasion de la guerre d'Edredonie, on lui attribua plusieurs exploits comment l'abordage d'un navire édoranais en plein blocus, et une belle zizanie dans les territoires septentrionaux du puissant allié du Belondor. Et le fait qu'il reprit le Feld-Maréchalat à la fin du conflit ne manqua pas de jeter de l'huile sur le feu.

Ce fut un véritable scandale, les journaux crachaient tout ce qu'il y avait à imprimer sur le sujet, article, entretien, investigation, enquête, pamphlet, caricature. On en parlé dans toutes les couches de la population, du dernier péquenaud illettré du fin fond des monts-blanchâtres aux cercles les plus extrémistes des partisans des Bordebons. L’État ni fit aucun commentaire, pas même le Prince Ismarkus, le prédécesseur de Gatline, ni aucun des amis connus du principal intéressé. On nota cependant qu'un de ces anciens professeurs à l'école du Génie ne manqua pas de se faire un peu de publicité.

« Ce n'est pas étonnant, je l'ai bien formé après tout ! »

Toujours selon d'autres sources, l'Empereur serait entré dans une colère noire et le directeur des SSB en aurait pris pour son grade (à tout les sens du terme.) Et comme dans toutes les affaires de ce genre, il y a toujours des dommages collatéraux. Agrippine en faisait les frais.
Mais elle s'en fichait de toute façon. Cette annonce l'avait bouleversé, au point de perdre toute envie de travailler. Elle ne participait plus aux réunions du conseil d'administration, ne faisait pas l'inspection de sa flotte, oublia tout ses entretiens. Elle n'était même plus aller rendre visite à ''Dame Yvonne'' (une genre d'hétaïre réputé dans tout Ecoscient.)

Pis encore, on soupçonna que pour tenter d'oublier ces soucis, elle s'adonnait à des substances illicites.

Le conseil d'administration dans tout ça, commença à se poser des questions. Beaucoup de questions même. Un jour, les membres du conseil décidèrent de se réunir en conclave, sans en dire un seul mot. Enfermé à double-tour dans la salle du conseil. Quelque chose se préparé à l'abri des regards et des oreilles indiscrètes. Et ça ne serait certainement pas à l'avantage d'Agrippine.

Le conclave en question dura longtemps, jusqu'à très tard dans la nuit. Au petit matin, on fit venir un secrétaire, à qui on dicta une missive destiné à la patronne. Ladite missive arriva à la petite propriété ou Agrippine s'était réfugié depuis le début de l'affaire, sur les hauteurs d'Ecoscient. Devant les grilles, quelques journalistes irréductibles attendaient la moindre chose qui puisse leur apporter l'exclusivité qu'ils attendent. On fit passer le messager par une porte dérobée à l’abri des regards indiscrets.

Agrippine était dans la véranda, allongé sur un sofa, rythmant ses journées par des soupirs, elle lui arrivé de faire aussi les cents-pas, sans but, tout en ayant un regard vide.

Ce fut Ibrahim qui fit la lecture de la missive.


Citation :
« Madame.

Nous sommes parfaitement conscient de l'épreuve que vous traversez et nous vous soutenons du mieux que possible. L'acte de votre frère et le scandale qui en découle ne vous a pas épargner. Ni vous, ni nous. Et c'est bien là ou se situe notre principale problème. Nos bénéfices affichent sur les trois derniers mois une baisse assez significative. Malgré la cessation du blocus albionnais, la guerre et la tentative de monopolisation des krasslandais des lignes commerciales nous a grandement affaiblis.

Sans quelqu'un pour tenir la barre, notre société risque de faire naufrage. C'est pourquoi nous vous écrivons.

Nous voulons que vous oubliez cette histoire et que vous puissiez faire refleurir nos activités. Comme vous avez eu jusqu'à maintenant l'habitude de négocier vous même les contrats nous liant à nos clients. Personne d'autre ne le fait mieux ici. Sachez aussi que ce n'est pas juste une demande insistante, mais une mise à l'épreuve. En effet, nous avons décidé d'une sorte de motion de défiance envers vous. Si vous ne répondez pas favorablement à cette lettre, nous nous estimerons comme n'étant plus lié à vous et nous choisirons un remplacement à la direction général de l'entreprise.

Veuillez agréez Madame, nos salutations distingués.

Le conseil d'Administration. »

Agrippine ne réagit même pas.

-Madame, nous devrions prendre au sérieux cette lettre, qui sait ce que le conseil ou même l'Empereur à derrière la tête à votre sujet. Insista Bourdon le secrétaire particulier.

-M'en cogne. Répondit faiblement Agrippine, comme à moitié endormie sur son sofa.

-Madame, au risque de vous décevoir je suis d'accord avec le conseil, ressaisissez-vous. Ajouta Ibrahim.

*Soupir.*

-Bon, vue que Madame n'a pas l'air de se soucié de l'héritage familial, considérez-moi comme démissionnaire.

-Vous feriez ça ?

-Sans problème.

-Non. Répondit Agrippine sur un ton monotone, ce qui n'empêcha pas Bourdon de quitter la salle sans même saluer son employeur.

-Ne faites pas l'enfant Madame, votre père en serez très déçue de voir comment vous gérez son affaire.

-J'l'emmerde. Lui et Edo.

Ibrahim (qui ne supporte qu'on dise du mal d'un mort, croyances oblige,) sorti de ses gonds, il s'approcha, empoigna Agrippine par le col, la souleva d'une main et la gifla de l'autre. Il la laissa retomber sur le sofa, à moitié étourdie, elle qui a la peau très blanche avait désormais une marque rouge sur la joue, un véritable contraste, on pouvait même apercevoir les veines...

-Est-ce que Madame est plus réceptive désormais ?

Elle ne pleurait pas mais des larmes coulaient de ses yeux. Reprenant un peu ses esprits.

-Je n'ai pas le choix ?

-Non.



-Faites chier... D'accord.

Le temps que la douleur (et la marque rouge accessoirement) s'estompent, on fit revenir Bourdon avant qu'il ne quitte l'enceinte de la propriété et qu'il ne tombe sur les journalistes. Ibrahim insista plus lourdement que longuement sur le fait que Madame ait changé d'avis pour convaincre le secrétaire de revenir sur sa décision. En comité restreint, on décida de la marche à suivre. Une réponse favorable au conseil, rien de plus. Et parce qu'Agrippine n'avait pas envie d'avoir à faire à l'administration, on décida de partir de nuit sans crié gare, et surtout sans attiré qui que ce soit et d'atteindre les eaux internationales le plus rapidement possibles. L'arrivée de la flotte édoranaise dans le secteur avait fait détalé les albionnais comme des lapins mais ces derniers peuvent revenir à tout moment. En fait, elle ne décida de pas grand chose, elle gardé son air mélancolique tout en répondit oui ou non, soit par la voix soit par un geste de la tête. On établit une liste de pays à visiter ou les contrats avaient des chances d'être juteux (il s'agissait de satisfaire la demande du conseil.)

Ceci fait, Ibrahim se faufila discrètement jusqu'en ville, ou il fit savoir au conseil qu'elle acceptait la mise à l'épreuve. Puis il alla ordonner de mettre son navire a quai pour un départ prochain.

A la nuit tombé, une voiture s'arrêta devant la porte dérobée de la propriété, trois silhouettes passèrent de la porte à la voiture, ainsi que des valises.

Une heure plus tard un navire quitta tout feux éteins le port d'Ecoscient, sans crié gare, les affaires allaient reprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etzel de Varsalance
Parti impérial démocrate


Nombre de messages : 947
Age : 39
Localisation : Elbêröhnit / Varsalance
Date d'inscription : 20/02/2008

Notoriété
Tendance politique: Démocrate-impérialiste

MessageSujet: Re: Déconfiture et reprise en main   Dim 15 Juil - 22:22

A Elbêröhnit, l'Archichancelier d'Empire travaillait dans son bureau lorsqu'un membre de son cabinet lui apporta une missive provenant d'Ecosient. Les services détachés de l'Echiquier avaient été mis au courant de la motion de défiance émanant du conseil d'administration de la Gatline Import/Export par l'un de ses membres. Sitôt informée, son Excellence Ito de Varsalance réclama alors des explications sur l'organisation de la réunion et était parvenu à lever une erreur manifeste de droit dans son organisation, la Présidente n'ayant pas été informée dans les formes voulues par le droit belondaure d'une telle réunion.

l'Archichancelier avait pris note de tout ceci sans pour autant prendre la moindre décision. Les enjeux étaient bien trop importants pour céder à la pression et il préférait pouvoir manoeuvrer avec la plus grande latitude possible. Il tint toutefois à tenir informée Sa Majesté Impériale de la situation, Gatline Import/Exportcomptant parmi l'une des plus importantes sociétés de l'Etat.

_________________
SON EXCELLENCE LE DUC D'EMPIRE ETZEL ITO DE VARSALANCE
Second Duc de Varsalance
Archichancelier d'Empire
Sénateur
Conseiller d'État
Sous-Préfet de l'Agglomération de Varsalance
Maire de Varsalance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Déconfiture et reprise en main
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La main invisible
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue
» Prendre furtivement sa main, Oublier un peu les copains...
» Comme les doigts de la main

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire du Belondor :: Département des Bouches de l'Avanle-
Sauter vers: