L'Empire du Belondor

Micronation s'inspirant du Premier et du Second Empire français ainsi que de la Rome antique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'histoire contemporaine du Belondor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
État du Belondor



Nombre de messages : 1177
Date d'inscription : 13/11/2005

MessageSujet: L'histoire contemporaine du Belondor   Ven 2 Déc - 11:12

Résumer l'Histoire du Belondor, longue de près de six mille ans, en quelques lignes serait mission impossible, ainsi nous nous contenterons de vous exposer l'Histoire du Belondor depuis la Grande Révolution qui éclata en 2573 (soit 1871 dans le calendrier grégorien).

La Grande Révolution débute en contestation de la restauration de l'Ancien Régime, profondément inégalitaire et cloisonné, par le Roi Constantine IV, quelques années plus tôt, et ce alors que l'ensemble des Belondaures avaient pris part à ce que l'on a nommé la Seconde Guerre d'indépendance contre la Gélèbre. Après plusieurs réformes d'importances promues par le nouveau régime qui se met en place, les États coalisés féodaux de la Gélèbre, du Matnal, de l'Hollyade et de l'Eurone, souhaitant profiter des désordres politiques dans le but de s'accaparer une part du territoire, rentrent en guerre avec le Belondor : c'est le début de près de trente ans de guerre ininterrompue.

La monarchie ne survit pas au déclenchement des hostilités. Le Roi tente un coup de force, prétextant de la situation périlleuse pour le Royaume afin de récupérer la plénitude de ses prérogatives. Il est déposé en 2577 (1875) : la Ière République est née. Le Roi part en exil en Aldarnor. S'installe alors un régime républicain mais censitaire et hybride entre le régime parlementaire et d'assemblée, dont la principale occupation est la gestion de la guerre. Deux mouvements politiques majeurs vont y trouver leurs racines : les libéraux et les radicaux. S'opposant continuellement, faisant coups de force sur coups de force les uns après les autres, la faible République ne survit pas à l'élection d'un chef charismatique à la tête de celle-ci : le grand général victorieux Antonine de Temararien, en 2582 (1880).

Le général Antonine de Temararien profite de la lassitude des Belondaures pour instaurer un régime à sa mesure, qui prend le nom de IIe République, fondé sur un pouvoir autoritaire et plébicitaire dans lequel le suffrage universel masculin est encadré. Il concentre tous les pouvoirs à son seul profit, fondant une nouvelle tradition politique : le césarisme (ancêtre du nabelnisme), du nom des Empereurs de l'Empire latrin. Après avoir pacifié le pays, profondément réformé les institutions du pays et ramené la prospérité, il est plébiscité Empereur des Belondaures en 2584 (1882), instaurant une République impériale, censée réconcilier monarchistes et républicains.

Le nouvel Empereur n'est pas moins toujours en permanence pris dans des guerres sans fins, qui l'obligent à renforcer son pouvoir, lequel devient réellement absolu. Finalement, il sort victorieux de ces années de conflit et parvient à obtenir la paix tant attendue en 2601 (1899). Sans ennemis à l'extérieur, pacifié à l'intérieur, disposant d'un régime stable, soutenu par le Peuple et qui ne connaît pas de menaces, le Belondor retrouve sa gloire d'antan et s'impose comme l'arbitre de l'Occident (ainsi qu'est nommée la zone ouest du Continent Nord).

Laissant un pays au fait de sa gloire, son fils Antonine II n'a aucun mal à lui succéder en 2605 (1903). Plus libéral que son père, il engage un règne réformateur. Mais celui-ci est interrompu : le second Empereur décède en 2617 (1915), lors de la dernière bataille d'une nouvelle guerre que le Belondor remporte.

C'est son fils âgé de quatre ans, Amezzianel Ier, qui monte sur le Trône impérial. Après une régence de l'Impératrice-Mère Béatrice jusqu'en 2632 (1929), il est plébiscité Empereur une fois majeur et gouverne de lui-même. Sous son gouvernement, la religion syiste décline fortement sous les effets des conflits entre l'Empereur et le Pape. Ce dernier excommunie l'Empereur en 2634 (1932) qui réplique en se convertissant à la zorthodoxie en grande pompe en 2637 (1935), tout en laissant l'Etat sans religion officielle, ce qui n'entraîne pas moins de nombreuses conversions voire une certaine persécution du syisme. La fin de son règne est tragique : finalement trahi par la noblesse d'Ancien Régime, toujours très attachée au culte syiste, l'Empire s'effondre lors de la Guerre de Reconversion contre les monarchies féodales en 2660 (1958), année même de la naissance de l'Héritier du Trône, le futur Nabelnine Ier.

On rappelle alors les Bordebon au pouvoir : c'est la « Seconde Restauration » (la Première Restauration faisant référence au règne de Constantine IV) laquelle dispose du soutien des États coalisés vainqueurs des Temararien. Les Bordebon Charles Ier et Charles II tentent un véritable retour à l'Ancien Régime afin d'effacer le passage de la Grande Révolution et de l'Empire. Fondant le néo-absolutisme, base doctrinale des actuels légitimistes, restaurant de manière partielle les cinq communautés historiques (les Seigneurs, les Ecclésiastiques, les Paysans, les Citadins et les Corporations) et supprimant le suffrage universel. Le déclenchement de la Révolution des Idéologues en 2686 (1984) balaie définitivement les Rois et laisse la voie libre à la IIIe République, dans laquelle le Parlement est tout puissant, laquelle restaure le suffrage universel masculin.

Après une belle période d'Union nationale, le nouveau régime s'enfonce dans les divisions partisanes et l'impuissance de son action. Finalement, la crise débouche sur la prise de pouvoir par les mersksiste-luninistes en 2691 (1989), qui imposent une dictature communiste et athée, traquant tous leurs opposants, lesquels réagissent en formant la Ligue bleue, rassemblement des oppositions : c'est le début de la Guerre Civile après le rassemblement des oppositions. En 2706 (2004), les « bleus » menés par le général en chef Nabelnine de Temararien (le fils du dernier Empereur) l'emportent alors définitivement face aux « rouges » après la prise de la capitale Elbêröhnit.

Depuis plusieurs mois déjà, un gouvernement provisoire dirigé par le Duc d'Ecosient (l'actuel Archiduc de Quentrum), rétablit l'autorité de l'Etat sur le territoire et prépare une série de réformes constitutionnelles. La fonction de Président de la République est créée, les citoyens étant appeler à en désigner son titulaire. Manœuvrant habilement, le général Nabelnine de Temararien parvient à l'emporter face à tous ses adversaires, réunissant 62% des voix dès le premier tour.

Cependant, bien vite, le Président entend affirmer son autorité quand le Parlement espérait n'en faire qu'un représentant de la Nation sans rôle politique majeur. Refusant d'être ainsi contraint, bénéficiant du soutien massif de l'armée et jouant sur l'impopularité grandissante du gouvernement, Nabelnine de Temararien abat définitivement la IIIe République par le coup d'État du 33 Maxenine 2707 (18 septembre 2005). Il rétablit le suffrage universel (et cette fois-ci pour les deux sexes) et présente aux Belondaures une série de réformes constitutionnelles proposant le rétablissement de la dignité impériale. Avec plus de 82% des suffrages, c'est un triomphe : il devient Empereur des Belondaures sous le nom de Nabelnine Ier le 1er Kalamanine 2708 (1er octobre 2005), jour de l'An.

De nombreuses réformes administratives renforçant la centralisation, tentant de clarifier le droit belondaure, imposant une modernisation économique et sociale (sur le travail, l'instruction, la famille, les retraites, mais aussi le développement des infrastructures ou la fiscalité) sont menées. Par ailleurs, le Belondor se converti officiellement à la zorthodoxie en 2708 (2006). Le règne du premier Empereur du Second Empire est également parsemé de nombreux conflits militaires. près la Guerre de Réunification remportée triomphalement face à l'Ardanie et à l'Eslagne qui sont incorporées à l'Empire, c''est la Guerre d'Expansion qui lance la colonisation de l'Alaïenie, la Guerre d'Ismarkie qui permet l'acquisition du pays du même nom ou encore Guerre de Ligue d'Augsbourg qui permet d'occuper un temps la Germanie.

Voulant parachever l'œuvre, l'Empereur fait adopter par plébiscite une réforme l'organisation institutionnelle du régime (la constitution de la IIIe République servait toujours), le 35 Amezzianel 2711 (4 mars 2009) : l'Acte additionnel fixant la Constitution de l'Empire. Les oppositions sont défaites. La victoire de l'Empire semble totale et l'Empereur entend désormais accélérer le rythme des réformes, toutes aussi diverses les unes que les autres...

Cependant, après plusieurs réformes et le lancement de Grands Travaux à Elbêröhnit et d'une campagne de développement et de modernisation des infrastructures du pays, une révolte fomentée par les opposants radicaux et socialistes (lesquels sont financés par les... royalistes !), avec la complicité des libéraux (qui se laissent entraîner dans l'affaire) va engendrer la « Fronde d'Elbêröhnit » et le renversement provisoire de l'Empire le 5 Nabelnine 2712 (12 juillet 2010). Mais, trois jours plus tard, les éléments loyaux reprennent la Capitale et rétablissent l'Empire.

Celui-ci est désormais gouverné par le fils de Nabelnine Ier, Nabelnine II, son père ayant été exécuté alors que les impérialistes menaient leur offensive. Cependant, ces évènements ont entraîné des révoltes fédéralistes (poussées cette fois par les libéraux), séparatistes (en Eslagne) et royalistes dans de nombreux Départements, certaines légions choisissant même de se retourner contre le régime. Finalement, la « Guerre de Sécession » se termine cinquante-trois jours plus tard, le 18 Maxenine 2712 après la prise de Beneline et la réintégration de l'Eslagne au territoire. Gélèbrois et Matnaliens en avaient par ailleur profité pour envahir le Belondor, les premiers aux côtés des Eslagnais et les seconds en tentant de rejoindre les troupes royalistes, mais sans succès, les Belondaures les repoussant dans un ultime effort.

Aujourd'hui, l'Empereur Nabelnine II a détruit les menaces qui pesaient sur l'Empire en remportant la victoire lors de la Guerre de Germanie permettant l'annexion des quatre Etats la composant. Une nouvelle constitution a par ailleurs été adoptée, de manière, en théorie, à renouer avec l'esprit républicain du régime.

Pour toute autre information, le Maître du Jeu et les administrateurs sont à votre disposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'histoire contemporaine du Belondor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Histoire de la guerre : Les armes
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire du Belondor :: ACCUEIL :: Présentation et règles du jeu-
Sauter vers: