L'Empire du Belondor

Micronation s'inspirant du Premier et du Second Empire français ainsi que de la Rome antique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Qui est-il ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sa Majesté l'Empereur



Nombre de messages : 903
Age : 24
Date d'inscription : 11/07/2007

Notoriété
Tendance politique: Aucune

MessageSujet: Qui est-il ?   Dim 13 Nov - 7:11

Mais qui donc était-il ? Cela faisait plusieurs heures que l'Empereur Nabelnine II faisait les cent pas dans son cabinet de travail. Il avait lu avec la plus grande attention les rapports des agents du Bureau Impérial de la Répression Insurrectionnelle ou des Services Impériaux d'Espionnage et de Renseignement et depuis il ne parvenait plus à rester en place, comme si le trop plein d'informations nouvelles l'obligeait à se mouvoir pour parvenir à les assimiler toutes autant qu'elles étaient. Et il est vrai que des informations, il en avait eu beaucoup.

L'Empereur avait appris que des réseaux d'espions de la Grande-Albion sillonnaient les anciens territoires de la Germanie, notamment la Gélèbre, afin d'y constituer des groupes nationalistes prêts à la lutte armée contre l'Empire, de manière à ce que pousse une épine pour pouvoir nous gêner le jour où la guerre deviendrait inévitable avec nous. Heureusement, les succès en la matière se comptait pour la Grande-Albion sur moins que les doigts d'une main. Les Germains semblaient épuisés des guerres et ne souhaitaient désormais plus autre chose que le repos, quitte à remettre leur destin entre les mains du Grand Empire belondaure. Mais en réalité, ceci, il le savait depuis très longtemps. Les Albionnais cherchaient à provoquer le Belondor, à déclencher la guerre, mais n'osaient franchir eux-mêmes le cap. Et l'Empereur n'allait pas tomber dans le piège de la déclaration de guerre. Il laisserait les Albionnais prendre leurs responsabilités. Pendant ce temps, sa flotte s'étoffait. Et ses agents éliminaient les agents dormants ou actifs de la Grande-Albion. Carte blanche leur avait été donnée. Nabelnine II n'était décidément pas Nabelnine Ier

Et il n'était d'autant plus pas question de céder aux provocations albionnaises qu'il les savait soutenues par le Despotat d'Al-Harkoum. Il savait que celui-ci avait pu s'armer en partie grâce à des fonds albionnais. Il était désormais assuré de l'existence réelle d'un accord secret entre les deux ennemis jurés du Belondor afin de voir s'effondrer la Très Grande Nation. Les forces armées belondaures étaient en état d'alerte en Alaïenie afin de pouvoir face à toute situation nouvelle. Des ordres stratégiques avaient été donnés en cas d'agression et l'Empereur lui-même avait fait en sorte d'être prêt au départ pour l'Alaïenie à tout moment, accompagné d'une partie de la Garde Impériale. Tôt ou tard, il en était certain, le Despotat passerait à l'attaque. Il lui faudrait alors partir. Mais avant, il devrait nommer un Régent.

Mais ce n'était ni les groupes nationalistes de Germanie, ni la Grande-Albion, ni le Despotat d'Al-Harkoum qui taraudait l'Empereur, encore moins les évènements du Chongkwo où la querelle de succession paraissait de plus en plus inévitable. Non. Ce qui le préoccupait c'était un certain Hadrien. Hadrien de Bordebon. Charles de Bordebon, le prétendant au trône royal aurait donc un neveu ? L'Empereur avait toujours été persuadé comme l'ensemble du personnel à son service que l'unique héritier du vieux Charles était... une nièce, Aurélia-Céliniade, que son frère souhaitait épouser - malgré son féroce appétit insatiable pour les femmes. Et qu'avec lui s'étendrait la dynastie et donc les risques du retour à la monarchie. Il s'était trompé. L'Empereur souhaitait savoir.

Il convoqua donc le Grand Moff des Armées Impériales qui dirigeait les Services Spéciaux de par sa fonction de Ministre de la Couronne. A peine le Maréchal Archibald de La Villejégu entra-t-il dans la pièce et avait-il présenté ses respects à l'Empereur que celui-ci lui dit :

- Je veux savoir qui est cet Hadrien de Bordebon. De qui il est le fils, quel est son âge, quelles sont ses études, où il se trouve, ce qu'il fait. Je veux tout savoir. Et je veux de la discrétion.
- Bien, Votre Majesté. Ce serait fait.

Le Maréchal quittait la pièce, lorsqu'il fut apostrophé par l'Empereur :

- La Villejégu.

Celui-ci se retourna et attendit que l'Empereur continue. Nabelnine II fixa intensément le Grand Moff et se dit intérieurement que si quelqu'un pouvait réellement accepter d'entendre de tels propos c'était bien cet homme-là. Il lui dit alors, sans quitter son air impassible habituel :

- Si vos hommes le trouve. Éliminez-le.

Le Grand Moff ne dit rien et se contenta d'un signe de tête.

_________________
SA MAJESTÉ IMPÉRIALE ET ROYALE NABELNINE II
Héritier de Sa Majesté Nabelnine Ier
Empereur de la République, Empereur des Belondaures
Par les Dieux, la volonté nationale et la Constitution
Roi d'Alaïenie
Roi d'Ismarkie
Protecteur de la Nouvelle-Argentorate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maréchal de La Villejégu
Union pour la République impériale


Nombre de messages : 323
Age : 39
Date d'inscription : 17/11/2007

Notoriété
Tendance politique: Républicain-impérialiste

MessageSujet: Re: Qui est-il ?   Dim 13 Nov - 10:19

Le Maréchal hésitait à dire ce qui le tracassait à l'Empereur. Car il savait un secret. Un secret des plus explosifs. Devait-il se résoudre à ouvrir les yeux à un Empereur qui se croyait en sûreté parmi les siens ? Devait-il lui révéler ce que ses « mouches » lui avaient dit hier, alors même qu'il sortait de son cabinet de Grand Moff pour rentrer à son domicile, retrouver sa femme et ses enfants après une longue journée au service du Belondor et de Sa Majesté ? Toute la journée il y avait pensé. Toute la journée il avait hésité, il avait reculé ce moment. Mais désormais, alors même que l'Empereur venait de lui donner un ordre des plus clairs concernant une menace monarchiste, il comprit qu'il ne devait écouter que sa conscience loyale envers le Souverain et mettre ses scrupules de côté. Le Belondor ne pourrait survivre à une nouvelle, il ne pouvait se le permettre. Il lui dit donc :

- Votre Majesté, je dois vous avouer quelque chose...

L'Empereur ne dit rien et se contenta de le fixer, comme invitant son interlocuteur à continuer :

- Monsieur votre frère a eu une entrevue avec le Grand-Electeur de l'Empire. Tous deux ont parlé de votre règne... en des termes forts peu élogieux.

L'Empereur ne cillait toujours pas. Le Maréchal continua donc :

- Monsieur votre frère a laissé sous-entendre qu'il pourrait mieux user de vos prérogatives que vous-même. Et qu'il souhaitait le soutien de Monsieur le Grand-Électeur afin d'être désigné Régent de l'Empire en temps utile.

Comment allait réagir l'Empereur à ces révélations ? Allait-il enfin perdre son calme légendaire et laisser la carapace se lézarder ?

_________________
ARCHIBALD DE LA VILLEJÉGU
Grand Moff de la Couronne
Maréchal de la Grande Armée de la République
Conseiller d'État
Ancien Ministre de la Couronne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sa Majesté l'Empereur



Nombre de messages : 903
Age : 24
Date d'inscription : 11/07/2007

Notoriété
Tendance politique: Aucune

MessageSujet: Re: Qui est-il ?   Dim 13 Nov - 12:11

L'Empereur tombait des nues. Il n'arrivait pas à croire à ce qu'il venait d'entendre et il eut toutes les peines du monde à rester totalement impassible comme il se l'était imposé depuis plus d'un an et la prise de contrôle de l'Empire. Il savait que ses relations avec son frère étaient loin d'être des meilleures, mais il ne pensait pas que celui-ci en était au point de non retour du complot. Car malgré la pudeur des propos du Grand Moff, il avait bel et bien compris qu'il s'agissait de la trame d'un complot que Amezzianel-Nabelnine tentait de mettre sur pied. Et le Grand-Electeur méritait-il encore sa confiance après cela ? Au moins, il savait dès à présent qu'il pourrait faire une confiance aveugle envers le Ministre de la Couronne. Il lui dit donc simplement du ton le plus détaché qu'il pouvait avoir :

- Je vous remercie de m'en avoir informé. Vous pouvez disposer.

Bien que surpris d'une telle réponse, le Grand Moff ne dit rien de plus et se contenta de sortir. L'Empereur, quant à lui s'affala dans son fauteuil, se prenant la tête en main. Faudrait-il qu'il ait à se battre contre le monde entier ?

_________________
SA MAJESTÉ IMPÉRIALE ET ROYALE NABELNINE II
Héritier de Sa Majesté Nabelnine Ier
Empereur de la République, Empereur des Belondaures
Par les Dieux, la volonté nationale et la Constitution
Roi d'Alaïenie
Roi d'Ismarkie
Protecteur de la Nouvelle-Argentorate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui est-il ?   Aujourd'hui à 16:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui est-il ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire du Belondor :: Cabinet de Sa Majesté l'Empereur-
Sauter vers: