L'Empire du Belondor

Micronation s'inspirant du Premier et du Second Empire français ainsi que de la Rome antique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Face aux errements de la Diète

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feu Sa Majesté l'Empereur



Nombre de messages : 7158
Age : 27
Localisation : Palais Ceronine II, Elbêröhnit
Date d'inscription : 02/10/2005

MessageSujet: Face aux errements de la Diète   Lun 14 Sep - 11:42

C'est tristement que l'Empereur avait appris la veille que la Diète avait vue sa séance interrompue. Et quelle en fut la raison ? La violence, ni plus ni moins. Oui. Cette assemblée censée représenter les circonscriptions du Belondor, censer représenter ses territoires, ses habitants, en était venue aux mains, en pleine séance. La Garde Impériale, elle-même avait donc du intervenir pour mettre fin à cette bataille désordonnée entre gens de la majorité et de l'opposition.

"Ainsi donc, pensait l'Empereur, je ne pourrai compter sur personne pour pouvoir l'oeuvre nécessaire à la Nation, la rendre glorieuse et prospère ? Pourrais-je un jour être en paix au moment où les espions des Services Spéciaux annoncent que les Gélèbrois prévoient d'intervenir en Hollyade et que selon toute vraisemblance cela ne devrait pas prendre plus de deux-trois jours ?" L'Empereur pensa à ceci... Non, vraiment, il n'avait pas besoin d'un conflit politique de pacotille au sein de l'Empire, de l'assemblée représentative. Il avait d'autres chats à fouetter... et ce moment il regrettait l'Acte additionnel, l'oeuvre de libéralisation. Le Sénat, certes, en éclaircissant toujours pas certains articles avait permis de ne pas aller jusqu'au bout... et alors que l'Empereur pensait rappeler à l'ordre son Président pour qu'il prenne à bras le corps cette question, voilà que maintenant il pensait qu'après tout mieux vallait attendre, mieux vallait laisser cette question en suspens, laisse le flou constitutionnel.

Les députés s'étaient disputés après qu'un député, Ségolaine Royel, eut utilisé l'article 44 de la Constitution comme celle-ci lui en donnait désormais le droit : la libéralisation fut donc mise à l'oeuvre... pour un succès des plus douteux. L'Empereur voulait en savoir plus clair, il n'avait eu que des échos, mais il voulait la version d'une personne présente au sein de l'hémicycle. Il voulait que l'on lui raconte pour ensuite savoir quelle attitude adopter...

- Damien, dit-il à son secrétaire particulier. Dîtes au Chancelier que je veux le voir immédiatement.
- Bien, Votre Majesté.

Ce serait à lui, au Chancelier, de lui raconter.

_________________
SA GRANDISSIME MAJESTÉ IMPÉRIALE ET ROYALE NABELNINE Ier (†)
César Democrator
Empereur des Belondaures par la Grâce des Dieux et la volonté nationale
Roi d'Alaïenie
Roi d'Ismarkie
Protecteur de la Nouvelle-Argentorate
Deux-cents soixante-deuxième descendant de Kalamanine
Lâchement assassiné le 8 Nabelnine 2712 à sept heures sept du matin


Dernière édition par Sa Majesté L'Empereur le Ven 18 Sep - 3:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-du-belondor.actifforum.com/
Etzel de Varsalance
Parti impérial démocrate


Nombre de messages : 947
Age : 39
Localisation : Elbêröhnit / Varsalance
Date d'inscription : 20/02/2008

Notoriété
Tendance politique: Démocrate-impérialiste

MessageSujet: Re: Face aux errements de la Diète   Jeu 17 Sep - 9:51

Le Ministre avait fait en sorte que la séance la plus mouvementée qu'il ait connu de la Diète soit derrière lui ; il savait cependant qu'il aurait à rendre des comptes, ne serait-ce que d'un point de vue informatif et ce fut donc sans surprise qu'il prit note de la convocation au Palais Ceronine II. Parmi ses attributions, celle de tenir informé l'Empereur des faits qui se déroulaient sur le territoire national et même par-delà ses frontières, était l'une des plus importantes ; un homme avisé faisait toujours de meilleurs choix, prenait toujours de meilleures décisions.

Etzel de Varsalance n'était pas un homme qui aimait les affrontement physiques. Bien rarement il avait eu à se battre et cela avait rarement été à son avantage, faute peut-être à son surpoids. Cela ne l'empêchait cependant pas d'être devenu le Ministre de l'Echiquier ET de la Sûreté et il aimait à croire qu'il avait réussi à être assez fort pour battre le mental et ainsi obtenir la gestion des deux ministères les plus imposants du pays et dont les projets étaient toujours décisifs.
D'ailleurs, n'était-ce en raison d'une évolution apportée à l'Empire que la Diète avait été évacuée par la Garde Impériale ? n'était-ce pas le fruit de son travail qui avait su fédérer bon nombre de députés derrière lui tandis que de rares opposants au régime osaient insulter l'Empereur et son Gouvernement ?

Ainsi, le Ministre quitta son bureau avec sa mallette, la seule arme dont il aurait besoin auprès de Sa Majesté Impériale Nabelnine Ier, contenant un fac-similé des notes prises par les greffiers et qui permettraient ainsi de fournir à l'Empereur toutes les informations qu'il souhaiterait avec la plus grande exactitude. Il lui fallu ainsi dix minutes de voiture et tout autant de marche pour rallier le Cabinet Personnel de l'Empereur où il s'y introduisit de la même façon que le Chancelier de Leurs Majestés Impériales tout en n'ayant pas eu à présenter un quelconque invité.
Etzel de Varsalance ne dit mot, laissant au souverain la charge d'engager la discussion et de changer de sujet lorsque cela lui conviendrait, conformément à l'étiquette qu'il s'était fixé depuis quelques semaines, depuis que sa tante était morte et qu'il avait échappé de peu au courroux impérial.

_________________
SON EXCELLENCE LE DUC D'EMPIRE ETZEL ITO DE VARSALANCE
Second Duc de Varsalance
Archichancelier d'Empire
Sénateur
Conseiller d'État
Sous-Préfet de l'Agglomération de Varsalance
Maire de Varsalance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feu Sa Majesté l'Empereur



Nombre de messages : 7158
Age : 27
Localisation : Palais Ceronine II, Elbêröhnit
Date d'inscription : 02/10/2005

MessageSujet: Re: Face aux errements de la Diète   Ven 18 Sep - 3:52

Ayant été salué selon l'étiquette en vigueur au Palais Impérial et face à l'Empereur des Belondaures, ce dernier se leva, conscient que le Chancelier et Ministre de l'Empire s'attendait certainement à recevoir un sermon de n'avoir pu prévoir une telle fronde de la part de l'opposition à la Diète ou en tout cas de n'avoir pas sur la contrer, l'empêcher, l'étouffer dans l'oeuf, obligeant le Président de l'assemblée à faire appel à la centaine de Gardes Impériaaux alors en poste en permanence. Ainsi la Diète avait dû interrompre une nouvelle séance de la troisième session de la IVème Législature de la Diète. Et la quatrième session qui allait débuter ce 15 Maxenine afin de traiter de l'abolition de l'esclavage et de la traite des esclaves, pas seulement en Métropole, mais également dans les colonies, allait s'avérer certainement aussi pénible et épuisante que la troisième session.

Le Chancelier avec sa taille des plus enrobées et son double menton attendait patiemment que l'Empereur ne parle. L'Empereur le fixa quelques instants de plus. Ce qu'il voulait n'était pas seulement un point détaillé des évènements qui avaient mené le Président de la Diète à faire évacuer l'hémicycle de force par la Garde Impériale et à suspendre l'ensemble de toutes les séances du jour et à les reporter au lendemain. La troisième session serait donc terminée au 9 Maxenine : ce jour-ci donc. Dans quelques instants, le vote solennel allait être mis à exécution. Le Gouvernement sur ses instructions avait indiqué qu'il utiliserait la procédure d'urgence. Et la majorité savait ce que cela semblait signifier : que l'Empereur ne tolèrerait pas d'impair cette fosi et qu'il exigeait que le Budget soit adopté. Il avait arbitré des dépenses de l'Etat qu'il estimait nécessaire, il ne tolèrerait pas que les députés remettent en question son jugement.

Il jetta un coup d'oeil vers l'horloge. Il était seiez heures. Le vote à la Diète sur le Budget allait avoir lieu. Il s'adressa alors, avec son fort accent étranger (héritage de ses années passées en exil), au Ministre de l'Echiquier et de la Sûreté :

- Monsieur le Chancelier, veuillez s'il-vous-plaît me faire un rapport détaillé des évènements qui se sont déroulés hier à la Diète, en m'expliquant leurs raisons, leur déroulement, et ce qui aurait pu être ou dû être fait pour l'éviter sur le moment. Et j'aimerai aussi que vous me fassiez part de votre avis sur ceci.

_________________
SA GRANDISSIME MAJESTÉ IMPÉRIALE ET ROYALE NABELNINE Ier (†)
César Democrator
Empereur des Belondaures par la Grâce des Dieux et la volonté nationale
Roi d'Alaïenie
Roi d'Ismarkie
Protecteur de la Nouvelle-Argentorate
Deux-cents soixante-deuxième descendant de Kalamanine
Lâchement assassiné le 8 Nabelnine 2712 à sept heures sept du matin


Dernière édition par Sa Majesté L'Empereur le Lun 21 Sep - 9:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-du-belondor.actifforum.com/
Etzel de Varsalance
Parti impérial démocrate


Nombre de messages : 947
Age : 39
Localisation : Elbêröhnit / Varsalance
Date d'inscription : 20/02/2008

Notoriété
Tendance politique: Démocrate-impérialiste

MessageSujet: Re: Face aux errements de la Diète   Dim 20 Sep - 10:25

A la requête de l'Empereur, le visage du Duc-Chancelier-Ministre parut se figer, n'étant désormais plus qu'un masque aux traits grossiers ; les marques s'étaient accentuées, le sourire n'était plus qu'un rictus tremblant à cause de la crispation des muscles risorius, le teint de la peau s'empourprait à chaque battement du cœur pressé par l'effet de l'adrénaline. Prenant ses menus papiers, il les disposa devant lui, s'assurant ainsi que son discours trouverait leur marque dans des documents formels, se sentant rassuré, il débuta alors d'une voix étonnamment claire et posée, preuve de son sang-froid retrouvé :

" Comme vous le savez la troisième session de la quatrième législature avait pour objet l'adoption du budget pour l'année 2712. Ainsi, Son Excellence le Comte de Rex Civit avait, en sa qualité de Président de la Diète, sommé les députés d'apprécier le contenu du projet de loi et de poser leurs éventuelles questions au Gouvernement.
Lors de la séance du Maxedine 8 Maxenine, Madame Royel a sollicité la parole alors que l'hémicycle était à peine en train de s'installer, clamant qu'elle devait dévoiler à la Diète des faits graves qui s'étaient déroulés, oubliant ainsi même l'ordre du jour établit et ne s'intéressant plus qu'au Décret portant sur la confiscation par l'Etat des terrains laissés à l'abandon. Cette bonne dame n'a rien eu d'autre à dire que la politique était celle de populistes démagogues allant à l'encontre de la Déclaration des Droits et Devoirs et supprimant ipso facto la propriété privée.
Bien évidemment, des applaudissements et des interjections eurent lieu mais rien de bien anormal.

J'ai ainsi pris la parole afin de justifier l'utilité de ce décret en interposant à cette prétendue suppression de la propriété privée celle de la liberté pure et simple de la propriété en démontrant que la possession de terres ne serait désormais plus l'apanage des gens riches mais qu'elle serait ouverte à tout un chacun ; j'ai pris la peine de faire une exégèse alinéa après alinéa du document en tâchant de respecter le plus possible la vision que vous vous étiez fait de ce décret afin de ne pas trahir vos idéaux et l'intérêt que j'estime être d'ordre public de tout cela. "

Reprenant son souffle, il tendit à l'Empereur le fac-similé de son intervention retranscrite par les greffiers de la Diète afin que ce dernier, lorsqu'il en aurait le temps et l'envie, s'en fasse une idée.

" Suite à mon intervention que j'ai estimé être des plus posées et des plus pédagogues possible, Madame Royel s'est emportée, n'hésitant pas à insulter tout le monde, montrant pour le coup le décret portant instauration de jours fériés au sein du calendrier du Très Saint & Très Zorthodoxe Empire.
Sous les applaudissements des membres de l'opposition le jeune Gainotus a alors imité Madame Royel en la soutenant dans son analyse et tâchant sans nul doute de récupérer un peu plus de prestige et de gloire en montant au créneau sur des sujets qui le dépassent intellectuellement. "

Se forçant à ne pas rire à sa remarque de bas étage, le Ministre enchaîne presque immédiatement, abreuvant jusqu'à plus soif l'Empereur :

" Je suis une nouvelle fois intervenu afin de justifier ce décret en soulignant que c'était en offrant au peuple de la reconnaissance que la Nation se développerait avec plus d'efficacité, chose qui n'a semble-t-il pas été comprise car à peine avais-je eu le temps de finir que Madame Royel avait bondi tel un mort-la-faim en demandant un droit de réponse qui lui fut interdit par le Président de la Diète, ce qui embrasa la situation.

La situation a alors dégénéré et les députés s'en sont pris directement les uns aux autres malgré les nombreux avertissements et rappels à l'ordre de Son Excellence de Rex Civit ; inévitablement, les Gendarmes Impériaux sont intervenus dans l'hémicycle afin de ramener l'ordre en faisant évacuer les bancs. "

Cette saynète ne faisait malheureusement rire personne au sein du Cabinet de l'Empereur et le Duc laissa passer quelques minutes, le temps que son interlocuteur et lui-même puissent se reposer l'esprit. Lorsqu'il eut fini de dévisager Sa Majesté Impériale, Etzel de Varsalance poursuivit donc l'analyse de cette calamiteuse journée :

" Il me semble qu'un respect de l'ordre du jour par Madame Royel aurait permis d'éviter cette situation catastrophique. Malheureusement, sans règlement intérieur comme celui qui fut voté au Sénat, il me semble difficile de faire appliquer et respecter quoique ce soit, les Députés étant bon à voter des lois mais pas à y réfléchir posément.
La Constitution ne semble pas suffire et nombre de députés de la majorité m'ont dit que sans une intervention bien plus virulente du Président de la Diète lors d'un écart sur l'ordre du jour établi, toutes les dérives seraient possibles ; je pense à ce titre qu'en allant ponctionner directement les soldes des députés irrespectueux des règles, nous parviendrons à les rendre plus dociles, mais je ne suis pas à même de décider.

Par ailleurs, la présence de journalistes ne font qu'exacerber la virulence des débats, certains ne cherchant qu'à figurer dans les tribunes des différents quotidiens ou ne cherchant à garder la tête haute, je pense à Madame Royel qui n'a fait que renchérir de façon péremptoire aux interventions qui venaient la remettre à sa place, fusse de façon extrêmement cordiale.


Concernant d'éventuelles observations personnelles et pour clore ma remarque, il m'est d'avis que la mise en place d'un règlement devienne essentielle afin de garantir à la quatrième législature un semblant de cohérence. "

_________________
SON EXCELLENCE LE DUC D'EMPIRE ETZEL ITO DE VARSALANCE
Second Duc de Varsalance
Archichancelier d'Empire
Sénateur
Conseiller d'État
Sous-Préfet de l'Agglomération de Varsalance
Maire de Varsalance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feu Sa Majesté l'Empereur



Nombre de messages : 7158
Age : 27
Localisation : Palais Ceronine II, Elbêröhnit
Date d'inscription : 02/10/2005

MessageSujet: Re: Face aux errements de la Diète   Jeu 24 Sep - 7:24

- Je vois... je vois... je vois...

La réponse de l'Empereur restait donc des plus énigmatiques après la relation qu'avait effectué le Chancelier de Leurs Majestés Impériales. Son visage était resté fermé tout au long du récit de son Ministre de l'Echiquier & de la Sûreté. Ses traits paraissaient de plus en plus émaciés, les joues étaient profondément creusées comme s'il avait entamé un long et strict régime alimentaire. Or, rien de tout cela. Son ventre avait glonflé, énormément glonflé. Sa taille avait au moins pris vingt centimètres de tour depuis 2708. Tout un monde en fait... Par ailleurs, son teint était des plus livide et blanc. Il avait aussi tendance à laisser se reposer ses yeux de longues secondes, comme s'il s'assoupissait avant de les ouvrir brusquement tel un enfant surpris par le maître d'école. Il y avait tout lieu de penser que la maladie de l'Empereur s'était aggravée... que celui-ci avait vu son ulcère avancer, progresser, s'étendre. Mais que faire ? Une opération chirurgicale ? Les chances de succès de celle-ci étaient pour le moins peu nombreuses et il y avait fort à parier que si l'Empereur venait à disparaître subitement la succession pour son fils aîné ne se ferait pas en douceur et sans soubresauts politiques...

Et ce n'était pas tout... L'Empereur souffrait visiblement de ce que l'on appelait la "maladie de la pierre". Une sonde inflitrée par le pénis jusque dans la vessie avait découvert l'existence d'une pierre, d'un calcul, alors que l'on cherchait l'origine de ses affreuses douleurs lorsqu'il urinait. Deux maladies, voilà quel était le lot du souverain de l'Etat le plus puissant du micromonde. De temps à autre, se souvenant des décisions passées prises par la nécessité, l'Empereur en venait à penser qu'il s'agissait d'une punition divine. Une punition divine pour avoir provoqué la mort de nombreux Belondaures, que ce soit lors de la Guerre Civile - mais qui donc pouvait lui en vouloir alors qu'il n'était encore que le général en chef des "Bleus", ceux qui voulaient rétablir la démocratie contre les "Rouges" ? - ou lors des nombreuses guerres menées depuis qu'il était Empereur le 11 Kalamanine 2708. Il se disait aussi que peut-être, les Dieux le punissait d'avoir enfreint la légalité le 33 Maxenine 2708 en mettant à exécution un coup d'Etat. Mais encore une fois, pouvait-on lui en vouloir de rétablir l'ensemble de la souveraineté nationale et populaire et le suffrage universel ? Après tout il n'en savait rien.

La main quelque peu tremblante, il prit le compte-rendu de séance, le fac-smilé d'un des greffiers de la Diète, et se mit à le lire, prenant ses lunettes et les posant avec justesse sur son nez. Cet homme semblait le regard perdu... Comment cet homme si faible, si atteint, si malade, pouvait-il donc parvenir à gouverner l'Empire ? Comment pouvait-il parvenir à faire preuve de la détermination, de la force de conviction, de la poigne nécessaire, pour le développement, le progrès, les réformes dont avait besoin le Belondor ? Certains - se doutant ou voyant l'Empereur affaibli - pensaient bien que l'homme libéralisait l'Empire par faiblesse, par impossibilité à résister du faite de sa formidable et quasi unique fatigue (pour un Chef d'Etat belondaure). Beaucoup qui avaient eu vent de sa maladie, et jusque dans son entourage, pensaient que c'était sa maladie qui l'avait poussé à libéraliser l'Empire. Or, dès le coup d'Etat, celle-ci était induise. Il avait promis la liberté lorsque l'ordre, la sécurité, la justice, la démocratie et l'autorité seraient restaurés. Maintenant, il devait s'efforcer de tenir le cap, de maintenir les objectifs contre vents et marrées (et sa majorité) :
- Très bien, Monsieur le Ministre... Je pense en effet qu'il faut donner le droit aux députés d'élaborer un règlement interne, basé sur le modèle de celui du Sénat. Et en parlant du Sénat, je pense qu'il est aujourd'hui d'une importance capitale que celui-ci prenne enfin à coeur son rôle. Il dort... il dort depuis l'adoption de l'Acte par plébiscite. Il n'a fait qu'élaborer son règlement et confirmer l'ensemble des élections législatives. Il va lui revenir désormais d'appliquer son rôle constitutionnel selon l'article 56 qui stipule que "Le Sénat peut rendre des sénatus-consultes réglant le sens des articles de la Constitution qui donnent lieu à différentes interprétations." Je souhaite qu'en tant que Chancelier vous lui adressez une lettre qui précisera les articles que je souhaite voir éclairci dans un sens favorable aux libertés politiques. Et puisque vous êtes membre du Sénat, je compte sur vous pour faire adopter mes vues par la chambre...
Je vous annonce aussi que je compte mettre en pratique de nouvelles libertés que j'ai promise et qui n'ont pas encore été sortie des cartons. Le Code de la Presse n'était qu'un des prémices de mes vues. Il est temps désormais d'autoriser les libertés de réunion, d'affichage, de manifestation, de grève, de syndicalisation... et dans la même logique la suppression de la candidature officielle.
Il laissa en suspens sa dernière phrase, comme pour laisser à son interlocuteur le temps de prendre conscience de toute son importance. Puis, il continua :
- Je veux faire en sorte de rallier toutes les oppositions au régime. Il ne devrait plus y avoir de républicains. Après tout, l'Empire n'est-il pas une forme à part de république, spéciale et à la fois atypique mais qui offre des garanties que la république pure n'offre pas ? Il ne devrait pas non plus y avoir de légitimistes, de royalistes. L'Empire a aussi un côté monarchique qui doit les satisfaire car avec un Empereur héréditaire - mais plébiscité par le Peuple, et j'y tiens plus que tout ! - nous pouvons voir plus loin que les combinaisons politiques républicains qui ne pensent qu'à la prochaine élection. Et quel moyen plus efficace d'amener à moi l'ensemble des forces politiques si ce n'est la suppression d'une pratique administrative qui désigne les amis et les ennemis du Gouvernement ? Ce ne sera pas facile de faire admettre cela aux députés élus avec le concours de la candidature officielle... mais il faudra qu'ils acceptent. Ou bien je modifierai la loi par la voie réglementaire ! Et pour montrer ma détermination, je compte bien nommer des opposants à des fonctions de prestige.
Et enfin, il faudra accélérer le développement, la modernisation de la Nation : construction de routes, de canaux, de chemins de fer, creusement de vois fluviales et de rivières navigables, de ports modernes, de tunnels souterrains et montagneux routiers ou de chemins de fer, de territoires coloniaux à civiliser, tous nos grands ports à moderniser à rapprocher des plus grandes nations des autres continents. Nous avons beaucoup de travail. D'ailleurs, je veux absolument que la modernisation d'Elbêröhnit ait lieu. Je vous présenterai bientôt des plans sur lesquels j'ai travaillé à mes heures perdues... système dégoûts modernes, nouvelles avenues bien plus larges, logements plus spacieux, modernes et salubres, éclairage au gaz, etc, etc... Enfin, il nous faudra développer nos lois sociales, car le Peuple a le droit à toute notre sollicitude et qu'il doit comme les autres bénéficier des fruits du développement économique au travers d'une juste, raisonnable et équitable redistribution.
L'Empereur avait fini.

_________________
SA GRANDISSIME MAJESTÉ IMPÉRIALE ET ROYALE NABELNINE Ier (†)
César Democrator
Empereur des Belondaures par la Grâce des Dieux et la volonté nationale
Roi d'Alaïenie
Roi d'Ismarkie
Protecteur de la Nouvelle-Argentorate
Deux-cents soixante-deuxième descendant de Kalamanine
Lâchement assassiné le 8 Nabelnine 2712 à sept heures sept du matin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-du-belondor.actifforum.com/
Etzel de Varsalance
Parti impérial démocrate


Nombre de messages : 947
Age : 39
Localisation : Elbêröhnit / Varsalance
Date d'inscription : 20/02/2008

Notoriété
Tendance politique: Démocrate-impérialiste

MessageSujet: Re: Face aux errements de la Diète   Dim 4 Oct - 1:14

La tête du Chancelier de Leurs Majestés Impériales était devenue lourde, difficile à porter ; son cœur battait à un rythme irrégulier, lancinant tandis que ses mains tremblotaient légèrement ; si son visage ne se décomposait pas encore, la douleur si particulière qui l'étreignait semblait ne plus vouloir l'abandonner. Tandis que son sang bouillonnait, Le Ministre de l'Echiquier et de la Sûreté tâchait de trouver un substitut, un placébo ; écouter l'Empereur lui devenait impossible tant il se sentait mal. Si son visage était aussi figé d'un portrait en marbre, son corps tentait d'extérioriser le mal-être.

S'il n'avait pas vu que Sa Majesté Impériale était dans un état bien pis que le sien, ses traits tirés et son teint pâlot étaient des indices de taille, il aurait sûrement demandé à reporter la réunion à quelques heures, mais il fallait tenir le cap et s'affranchir des problèmes désuets, quant bien même ses tripes ne demandaient qu'à sortir de son ventre à la peau tendue.
Dès lors que l'Empereur Nabelnine eut fini, Etzel prit la parole :


" Il sera ainsi fait selon vos directives ; sachez que je vous suis toujours resté fidèle et que je battrai jusqu'au bout pour défendre votre politique, seule à même de faire rayonner le Belondor à travers le Novus Archipelagus.

Concernant la Diète, je ferai part aux membres de la majorité de l'utilité d'un règlement afin que nous n'ayons plus jamais à connaître d'agressions physiques au sein de l'hémicycle.
Je me chargerai aussi de prendre contact avec le Duc de Beneline afin que nous puissions rapidement interpréter les articles de l'Acte Additionnel et ainsi permettre, grâce à une exégèse, une meilleure appréciation des principes directeurs du droit qui s'applique au sein de notre nation.

Concernant enfin le ralliement de l'opposition et la modernisation du pays, je reste sous vos ordres et ne demande qu'à réussir à bout de tous ces chantiers, gargantuesques mais ô combien importants ! "

Acquiesçant enfin afin de montrer qu'il se plaçait sous la direction de l'Empereur, le Chancelier attendait la suite, serrant un poing sous la table, la colère face aux errements des membres de la Diète, face aux nombreux incompétents qui travaillaient au sein de l'Administration Impériale ; viendrait l'heure des règlements de compte, viendrait bientôt l'heure de payer pour les affronts faits durant trop longtemps.

_________________
SON EXCELLENCE LE DUC D'EMPIRE ETZEL ITO DE VARSALANCE
Second Duc de Varsalance
Archichancelier d'Empire
Sénateur
Conseiller d'État
Sous-Préfet de l'Agglomération de Varsalance
Maire de Varsalance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feu Sa Majesté l'Empereur



Nombre de messages : 7158
Age : 27
Localisation : Palais Ceronine II, Elbêröhnit
Date d'inscription : 02/10/2005

MessageSujet: Re: Face aux errements de la Diète   Dim 4 Oct - 3:20

Au moment où le Ministre de l'Echiquier & de la Sûreté eut fini de donner sa réponse, un homme frappa à la porte du cabinet de Sa Majesté. Il s'agissait du secrétaire particulier de l'Empereur, Damien Billault, vingt-six ans, qui pénétrant dans le cabinet salua le Ministre puis Sa Majesté selon le protocole. Autroisé qu'il fut à s'exprimer, il dit :

- Votre Majesté, le résultat du vote sur la Loi de Budget pour 2712 est tombé. Elle a été adoptée avec une large majorité de 226 voix pour contre 41 et 26 abstentions.
- Toute la majorité ne l'a cependant pas adopté... il semble donc que les dépenses abyssales de ce budget les aient effrayés... Humph ! Quels trouillards ma foi... Que croient-ils ? Que les grandes Nations ne doivent pas savoir prendre de risques ! Elles doivent toujours en prendre. En permanence. Heureusement, la victoire reste éclatante !

L'Empereur semblait reprendre un peu du poil de la bête, avec cette nouvelle qui somme toute était bonne. Il indiqua à son secrétaire particulier qu'il pouvait disposer, et se levant, il s'exprima tout en faisant les cent pas :

- Il faudra réouvrir la première session de la Législature afin de permettre aux députés d'élaborer un règlement. Et si l'on en a pas le temps, on attendra la Vème Législature, peu importe...
Ensuite, il va donc nous falloir éclaircir dans un sens favorable à l'extension du champ des libertés certains articles de la Constitution, et pour commencer ce seront les articles 8 alinéa 3, 9, 25, 27 alinéa 4, 28 alinéa 3, 29 alinéa 2, 32, 33, 36, 41, 44, 52, 60, 66, 70, 73, 74, 76, qui devront être traités en priorité. Les autres le seront aussi mais plus tard.
Pour le reste, vous avez déjà reçue nombre d'instructions et vous en recevrez bien d'autres encore.

L'Empereur sourit quelques instant, s'étant arrêté de tourner en rond. Il dit alors dans un murmure...

- C'est peut-être ma dernière chance...

Puis, comme s'il prenait soudain conscience qu'une autre personne que lui-même était présente dans la pièce, il dit :

- Vous pouvez disposer Monsieur le Ministre.

_________________
SA GRANDISSIME MAJESTÉ IMPÉRIALE ET ROYALE NABELNINE Ier (†)
César Democrator
Empereur des Belondaures par la Grâce des Dieux et la volonté nationale
Roi d'Alaïenie
Roi d'Ismarkie
Protecteur de la Nouvelle-Argentorate
Deux-cents soixante-deuxième descendant de Kalamanine
Lâchement assassiné le 8 Nabelnine 2712 à sept heures sept du matin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-du-belondor.actifforum.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Face aux errements de la Diète   Aujourd'hui à 3:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Face aux errements de la Diète
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» HAÏTI FACE À L'OBLIGATION DE L'ÉTAT
» La face cachée de Lord Voldemort (Commentaires)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire du Belondor :: Cabinet de Sa Majesté l'Empereur-
Sauter vers: