L'Empire du Belondor

Micronation s'inspirant du Premier et du Second Empire français ainsi que de la Rome antique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Bref conciliabule familial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feu Sa Majesté l'Empereur



Nombre de messages : 7158
Age : 27
Localisation : Palais Ceronine II, Elbêröhnit
Date d'inscription : 02/10/2005

MessageSujet: Bref conciliabule familial   Mer 29 Juil - 6:08

Comme à son habitude, l'Empereur travaillait les différents dossiers, imaginait de nouveaux projets, perfectionnait les futures réformes prévues pour les mois qui allaient venir. En ce 20 Nabelnine, l'Empereur avait désormais cinquante-et-un ans depuis deux jours. Rien n'avait changé à vrai dire dans sa vie... Tout ou presque était identique aux jours qui précédaient le 18 Nabelnine, date de sa naissance en 2660 alors que sa mère était en exil au Locquetas. En effet, il était toujours Empereur des Belondaures : jusque là tout était normal. Ses enfants restaient ses enfants avec chacun leur caractère propre : jusque là aussi rien d'anormal. Il était également toujours atteint d'un ulcère à l'estomac même si celui-ci le laissait bien tranquille depuis plusieurs jours : peut-être la voie vers une rémission ? Sait-on jamais... Mais en attendant l'Empereur avait d'autres chats à fouetter. En l'occurrence, gouverner l'Empire...

Mais, cette fois-ci, il était las de travailler. Il faut dire qu'il était attablé sur les différents sujets à traiter depuis six heures et demi ce matin. Il était désormais midi. Il se leva donc, décidé à aller rejoindre le reste de la troupe familiale qui devait sûrement l'attendre au salon comme tous les jours - sauf que bien souvent le Duc de Beneline allait à leur encontre vers midi et demi pour leur annoncer que l'Empereur ne déjeunerait pas avec eux -. Cette fois, l'Empereur avait faim, et voulait se détendre un peu... peut-être même aller chasser qui sait ? Après tout la forêt d'Elbêröhnit n'était qu'à trente minutes à cheval du Palais. Là-bas le gibier y était à foison. Une bonne chasse de deux heures après le déjeuner, lui permettrait d'être frais et disponibles pour travailler à partir de seize heures jusqu'à plus de minuit. Autant dire, qu'aujourd'hui, il était disposé à s'offrir un moment de loisir...

L'Empereur arriva à midi dix au salon, servant d'antichambre à la salle à manger des appartements de la Famille Impériale. Cette dernière, se levant afin d'honorer l'Empereur qui venait d'entrer, réprima difficilement sa surprise de voir surgir l'Empereur et non le Duc de Beneline derrière la porte qui s'ouvrait... L'Empereur sourit à sa famille, embrassant son épouse impériale et son unique fille. Il passa sa main dans les cheveux de cette jeune adolescente de dix-sept ans, avant de dire, le regard perdu dans le vide :

- Passons à table désormais. J'ai une faim de loup aujourd'hui. J'espère que les cuisines auront fait preuve d'audace et d'inventivité... et que les repas seront plus copieux que lorsque je mange seul en mon cabinet.

La Famille Impériale s'exécuta au grand complet, l'Impératrice menant le cortège, tandis que l'Empereur suivait quelques mètres en retrait l'ensemble de sa famille. Soudain, il s'arrêta, deux mètres avant d'entrer dans la salle à manger. Les autres membres de la Famille Impériale s'arrêtèrent également, se regardant. L'Empereur était-il pris d'une nouvelle crise aigue d'estomac ? Mais, ils furent vite rassurés par le fait que l'Empereur s'exprima :

- Que l'Héritier du Trône veuille bien patienter avec moi. J'ai à m'entretenir, nous viendrons ensuite vous rejoindre pour déjeuner.

Le Roi d'Ardanie, Héritier du Trône, Maxenine-Nabelnine, fit donc marche arrière, fronçant légèrement les sourcils comme intrigué... Mais il s'arrêta net, une personne lui étant passée sous le nez : c'était son frère cadet, Amezzianel-Nabelnine. L'Empereur sourit et dit alors au plus jeune de ses enfants (il était né peu de minutes après sa soeur jumelle Maria-Aurelia) :

- Mon fils... je crois avoir appelé ton frère aîné à s'entretenir avec moi, et non toi. Tu n'es pas l'Héritier.
- Père, répondit Amezzianel-Nabelnine qui n'usait jamais des formulaires protocolaires avec son impérial parent. Je dois être traité à égalité avec mon frère. Après tout, rien ne dit qu'il sera le futur Empereur... un malheure est si vite arrivé...

Que le propre frère de Maxenine-Nabelnine ait pu envisager sa mort souleva le coeur de sa mère et de sa soeur. Alors qu'elles allaient exprimer leur révolte et leur indignation, l'Empereur leva la main coupant court à toute dispute prévisible. Ce fut lui qui s'adressa à son benjamin :

- Mon fils. Je crois en toi, comme je crois en ton frère. Mais c'est ton frère pour l'instant qui est l'Héritier du Trône. N'est-il pas ?
- Oui, mais...
- Partant, c'est ainsi que je peux l'appeler, ce que je ne puis faire avec toi, tu en conviendras ?
- J'en conviens, seulement...
- Dès lors, tu n'as rien à dire... Par ailleurs, j'ai dis vouloir m'entretenir avec mon fils aîné. Je n'ai pas dis que je souhaitais parler avec lui de sujets d'Etat ou de Gouvernement. Tu n'en savais rien...
- Euh... oui... mais...
- Bien. Tu ne vois donc pas d'objection qu'un père veuille parler à son fils aîné, ou fait-il que je te demande en plus la permission ?

Amezzianel-Nabelnine sentait que son père, s'il n'avait en rien haussé le ton, ne supporterait pas plus d'insubordinnation. Ainsi, il répondit simplement, la mâchoire et les poings serrés, enragé de s'être ainsi fait humilié :

- Non, père.

Alors, il recula :

- Suis-moi Maxenine-Nabelnine.

Une fois le père et le fils seuls dans la pièce, l'Empereur s'exprima franchement à celui qui était un jour destiné à occuper les mêmes fonctions, les même charges, les même pouvoirs que lui...

- Maxenine. Tu es brillant. Tes rares interventions au sein du Conseil d'Etat ont été judicieuses, pertinentes... voire même brillantes m'a-t-on dit.
- Votre Majesté, à l'inverse de son benjamin de frère, le futur Empereur des Belondaures - en tout les cas ceci était le destin à lequel on le destinait - mettait toujours un point d'honneur à respecter le protocole lorsqu'il s'adressait à son père. Je ne sais trop ce que l'on vous a rapporté mais cela est très certainement exagéré... Mes interventions étaient pour la plupart banales, sans relief, quasiment insignifiantes... Ce ne sont sûrement que quelques ordinaires flatteurs qui ont pu vous dire de telles anneries.

L'Empereur regarda quelques instincts son fils et lui dit :

- Tu es trop modeste comme toujours... Il te faudra apprendre à ne pas te sous-estimer lorsque tu arriveras à la tête de l'Etat. Tu seras un jour Empereur...
- Mon frère a raison, on ne sait jamais...
- Ton frère a tort !

L'Empereur avait cette fois-ci haussé la voix. Il était une évidence pour lui que son fils aîné disposait de toutes les qualités requises pour devenir un très grand souverain, à peine lui manquait-il un peu de confiance en soi... A l'inverse de ce son second fils, qui était un incapable, fénéant, bien trop orgueilleux avec cela vu son niveau culturel...

- Tu gouverneras l'Empire. Sûrement seras-tu même meilleur que moi... Peut-être même seras-tu meilleure que l'Empereur Antonine Ier lui-même. Tu as d'immenses capacités... tu as une culture philosophique, politique, historique, juridique, hors norme pour ton âge. Je n'avais pas le quart de tes connaissances actuelles à ton âge... Quant à ton frère... Comme à son habitude il parle beaucoup, mais agit très peu. Son précepteur m'a encore dit qu'il n'avait pas eu mieux qu'un 9 cette année en Histoire...

Maxenine-Nabelnine, baissant la tête, rosit de joues, en même temps qu'un léger sourire apparut sur son visage... chose exceptionnelle chez lui... L'Empereur reprit :

- Et pour préparer ta destinée, qui doit impérativement s'accomplir, je compte t'associer bien plus au Gouvernement de l'Empire... Tu seras désormais beaucoup plus présent à mes côtés. Je veux que tu sois présent lorsque je m'entretiendrais avec mes Ministres en réunion... je veux que tu observes... Je me dois de préparer ma succession. Et mon successeur c'est toi.

Le jeune homme releva rapidement la tête, les yeux écarquillés, la bouche grande ouverte...

- Votre Majesté. Je ne peux que vous pousser à revenir sur une telle décision. L'Etat n'appartient pas à la Famille Impériale. C'est la Famille Impériale qui appartient à l'Etat. Par tant, je ne puis être présent lors de réunions avec vos Ministres, être associé à vos côtés. Je ne suis pas Empereur. Je n'ai aucun rôle institutionnel légal, si ce n'est celui de vous succéder à votre décès ou à votre abdication... Je n'ai donc pas à être présent avec vous, à être associé à la direction des affaires. Cela est moralement et juridiquement défendu.
De plus, je n'ai aucune expérience... je ne puis vous conseiller alors que je ne connais rien à la chose publique.

L'Empereur regarda une minute sans rien dire son fils, puis fit finalement :

- Tu feras ce que je te dis.

Maxenine-Nabelnine, baissa la tête, et dit :

- Bien, Votre Majesté.

Et le Père et le fils gagnèrent la salle à manger, rejoignant ainsi le reste de la Famille Impériale afin de déjeuner.

_________________
SA GRANDISSIME MAJESTÉ IMPÉRIALE ET ROYALE NABELNINE Ier (†)
César Democrator
Empereur des Belondaures par la Grâce des Dieux et la volonté nationale
Roi d'Alaïenie
Roi d'Ismarkie
Protecteur de la Nouvelle-Argentorate
Deux-cents soixante-deuxième descendant de Kalamanine
Lâchement assassiné le 8 Nabelnine 2712 à sept heures sept du matin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-du-belondor.actifforum.com/
 
Bref conciliabule familial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Caniche de 13 ans drame familial risque le refuge (34)
» Bref. J'ai fait ma présentation.
» Bref, c'est ATV
» Petit repas familial = gros massacre [PV Helena et Sacha]
» " L'INTENSITE D'UN REGARD "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire du Belondor :: Appartements de la Famille impériale-
Sauter vers: