L'Empire du Belondor

Micronation s'inspirant du Premier et du Second Empire français ainsi que de la Rome antique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [RP 1] Un repas trop salé?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anna de Varsalance (†)



Nombre de messages : 49
Age : 37
Date d'inscription : 15/01/2008

MessageSujet: [RP 1] Un repas trop salé?   Lun 22 Juin - 8:56

25 Sibenine, Château de Rochefort


Au Nord de l’Ardanie, à plusieurs dizaines de kilomètres de toute agglomération digne de ce nom, dans le château de Rochefort, une vieille bâtisse datant du dix-huitième siècle, résidence de la Duchesse de Varsalance, une grande catastrophe eu lieu dans les cuisines. Le cataclysme arriva quand on fut entra de préparer le souper de la Duchesse, dignitaire qui allait bientôt sortir du salon de théâtre pour se mouvoir avec ses invités à table et grignoter quelques mets sans réellement les consommer comme il plairait à tout bon cuisinier.

Auprès des fours, tout particulièrement ceux voués à la préparation de la soupe, le chef se tenait devant un soupier apeuré. Sa moustache noire et ses yeux bleus fixaient le jeune homme qui tenait encore dans sa main l’arme du crime. Avec les mains sur les hanches et un ventre généreux, le chef s’imagina les tourmentes qu’il allait affliger à ce petit hérétique, à ce traite, à cette infâme créature qui avait osé de commettre le pire crime qu’un cuisinier puisse affliger à un bon repas.


Sentant la rage qui lui rougissait le visage de telle sorte qu’il ressembla d’avantage à une tomate qu’à un humain, il entama de crier avec une voix profonde comme les abysses. « Petit infâme haricot ! Vous l’avez osé ! Vous l’avez vraiment osé ! Combien de fois je l’ai dit ! Combien de fois ! Et maintenait vous l’avez commit ! » S’approchant du jeune, il le plaqua avec son ventre contre le four. Celui-ci par peur glissa sur le sol, regardant vers le haut, vers le visage écarlate du chef qui fut entra de préparer une nouvelle salve d’injures.

Mais le chef n’avait plus la force de l’insulter car le danger fut trop grand, la crise trop majeure pour pouvoir perdre du temps avec des attaques verbales. Il prit donc le jeune par le col, le souleva et enfonça son index dans sa poitrine, lui forçant de devoir prendre de l’air et de lâcher la salière qui tomba sur le sol de pierre. Le chef entama donc de lui dire avec une voix ferme et menaçante. « Vous avez osé mettre du sel une deuxième fois ! Vous avez trop salé cette soupe qui va être servit à la Duchesse ! Savez-vous ce que vous avez fait ! Nous allons être tous pendus à cause de vous ! » Le jeune soupier voyant le chef reprendre de la rage, tenta vainement de se défendre par crainte de ne pas passer l’heure. « Mais maître, ce fut un malheureux oublie ! J’avais oublié que j’avais déjà salé au début ! Par pitié, me faites rien, ce fut qu’une erreur involontaire! »

« Une erreur involontaire ! Quand on cuisine pour la plus puissante maison de l’Empire on ne peut pas se permettre une erreur ! Aucune ! Vous avez signé notre arrêt de mort ! » Cria le chef plus par panique de la réaction de la Duchesse que par rage envers le jeune soupier dont l’âge permettait l’erreur en temps et lieux normaux.

Soudainement, pendant que le chef s’acharna sur le soupier, un valet entra dans la cuisine et s’approcha des fours aux soupes. Armé d’un plateau en argent avec dessus une soupière en porcelaine. Il prit une louche parmi celles accrochées au mur et la plongea dans la casserole contenant la soupe à cause laquelle, même pas un mètre plus loin, le chef et le soupier se trouvèrent dans un ardent conflit. Le soupier voyant l’atroce événement voir lieu, tenta d’avertir le chef. « Maître, la soupe….la soupe ! » Le chef ne comprenant pas ce que cette suite de mots voulait signifier, il eu trop tard l’instinct de tourner sa tête et voir le valet sortir de la cuisine.

La panique prenant le dessus, il lâcha le soupier et courra, aussi bien qu’il pu avec son poids, à la poursuite du valet qui emmena la soupe. Sortant de la cuisine, il vit le valet à quelques mètres de la porte menant à la salle à manger. Courant de toutes ses forces, il vit comment le valet disparu dans la salle et voulant freiner avant la porte, il fut propulsé dans la salle à manger attirant tous les regards, ceux de la Duchesse et les invités. Evitant de tomber, il freina et voyant tous le regarder se fixer sur lui, il prit la fuite en disparaissant dans le couloir qu’il venait juste de parcourir en fermant les portes derrière lui. Epuisé et remplit de panique, croyant sa mort venue, il tomba sur le sol et s’assit, prenant son bonnet de sa tête en l’écrabouillant dans sa main, il attendit la sentence de mort.

Le valet, avec un petit sourire sadique, revenait après une minute et voyant le chef de cuisine au sol, il lui dit tout simplement si rien n’était. « La Duchesse veut que je vous dise que ses invités ont beaucoup appréciés la soupe. Par contre, pour sa part, elle la trouve un peu trop sucrée. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
État du Belondor



Nombre de messages : 1177
Date d'inscription : 13/11/2005

MessageSujet: Re: [RP 1] Un repas trop salé?   Lun 22 Juin - 10:08

Glibert Yovien était un Commissaire arrogant, orgueilleux et résolument indisposé à faire selon le bon vouloir du Ministère de la Couronne et plus particulièrement du Secrétariat des Services Spéciaux. Envoyée à Varsalance dès le début de sa carrière, il s'était rapidement éloigné de tout l'esprit bureaucratique et évidemment, n'avais plus pour habitude d'avoir affaire à l'administration de la Couronne quant bien même la raison fut bonne. Ainsi, lorsqu'il prit note des mandats d'amener, il vociféra dans son bureau, invectivant un Directeur qui n'était pas là pour entendre mais dont les oreilles devaient très certainement siffler. Le coup d'arrêt aux jérémiades fut donné par 2 agents des Services Spéciaux qui présentèrent leurs papiers officiels et demandèrent au Commissaire s'il avait été mis au courant de l'affaire portant sur la possible trahison de la Famille de Varsalance.

Encore rouge de colère, il prit le temps de respirer avant d'autoriser ses invités à prendre place dans son bureau, bien que ces derniers avaient déjà pris leurs aises en prenant appui sur les meubles qui leur servaient ainsi de support. La discussion fut brève car un simple signe de tête en guise d'acquiescement fut adressé et le fonctionnaire ardanien se leva promptement, sachant pertinemment que si les deux agents avaient fait le voyage jusqu'à son bureau, ce n'était pas pour bavarder mais bel et bien pour aller cueillir la vieille Duchesse avant qu'elle ne mange les pissenlits par la racine, le fol espoir poussant jusqu'à croire que sa progéniture serait aussi présente ce qui éviterait à tout le monde une cavale à travers l'Empire voire même à travers l'Archipel Occidental. Rajustant son veston, prenant les documents qu'il avait eu le temps de survoler, il sortit encadré par les deux agents secrets. Arrivé au cœur du poste de police (qui faisait parti de la dépendance administrative du Bureau de la Sûreté pour l'Ardanie), Glibert brailla une vingtaine de noms et demanda à ce que l'on sorte rapidement dans la cours en vue de transmettre les ordres.

Arrivé le premier en bas, il signala aux écuries que soient sortis les chevaux ainsi que la carriole qui faisait office de transporteur de prisonniers. Ne voulant cependant pas créer de polémique, il se tut quant à l'identité de l'intéressé qui aurait l'honneur de poser son séant sur le bois aussi rêche d'un cul d'Ismarkien. Alors que le soleil se couchait et que l'Ardanie était en train de préparer le dîner, les agents de maintien de l'ordre sortirent avec leurs sabres et pistolets rangés dans leurs fourreaux et étuis et sans un mot, ils prirent place sur les montures qui étaient alignées en rangée. Dès lors que tout le monde fut en selle, Commissaire et agents compris, ce dernier leur exposa le contenu du mandat d'amener et sollicita ses hommes pour le plus grand sérieux en insistant sur le fait qu'il n'admettrait aucune violence car il ne fallait pas que :
" la vieille carne ne lâche avant d'avoir été conduite jusqu'à la Métropole " en montrant les 2 agents d'un signe de tête.
Le Commissaire avait toujours parlé crûment, n'aimant que peu le Duché et ses histoires guignolesques tandis que lui trimait chaque jour en poursuivant les délinquants qui s'étaient posés dans le Département.

Il fallut environ une demi-heure au groupe pour se rendre jusqu'au Château de Rochefort. La bâtisse était élégante, éclairée par la pénombre crépusculaire qui colorait le ciel d'un arc couchant du rose saumon jusqu'au bleu roi. Présentant les documents aux quelques domestiques présents dans la Cour, à moins que ça ne fut des gardes, les agents de police descendirent de cheval et pénétrèrent avec une effroyable rapidité dans le Château, hurlant à qui voulait l'entendre qu'ils cherchaient la Duchesse, son fils et son petit-fils. Toujours à l'extérieur, le Commissaire regardait de loin les choses se faire avant de descendre de cheval suite à la demande des deux agents du Ministère de la Couronne. L'un d'entre eux fit le tour du Château avec son cheval, sabre au clair et pistolet à portée, au cas où quelqu'un tenterait de profiter de la nuit tombante pour fuir tandis que son camarade et Glibert Yovien pénétraient à leur tour dans le Château en direction de la source lumineuse qui semblait montrer de l'activité.

L'odeur de la soupe flottait dans l'air, rappelant au groupe qu'ils n'avaient pas eu le temps de manger. Peut-être était-ce cette odeur qui conduisit un groupe vers la cuisine pendant qu'un autre avait ouvert la salle de réception, aussi appelée salle à manger et avait permis de surprendre la tablée encore en train de manger. Arrivant comme un cheveux sur la soupe, le Commissaire entra dans la pièce, tendant au-dessus de sa tête les mandats d'amener :

" Commissaire Glibert Yovien, je suis mandaté par le Ministère de la Couronne de Sa Majesté Impériale afin de faire amener dans un premier temps au sein de la dépendance administrative du Bureau de la Sûreté pour l'Ardanie puis directement au Ministère de la Couronne les Dames et Sieurs : Anna, Izo et Guillaume de Varsalance.
Mes agents vont procéder à la vérification des papiers, que tout le monde reste à sa place dans le plus grand calme. Si les intéressés veulent cependant bien se donner la peine de se lever, ceci ferait gagner du temps à tout le monde. "

Durant toute la durée de l'intervention, l'agent spécial fureta du regard les personnes présentes, la main à portée du pistolet. Il cherchait la Duchesse espérant pouvoir être le premier à lui présenter les motifs de l'arrestation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna de Varsalance (†)



Nombre de messages : 49
Age : 37
Date d'inscription : 15/01/2008

MessageSujet: Re: [RP 1] Un repas trop salé?   Lun 22 Juin - 10:46

L’entrée de Glibert Yovien dans la salle à manger avait provoquée une vague de murmures. On pouvait entendre nombreuses voix clamées à la honte et à la barbarie métropolitaine. Les intrus, devenaient rapidement les nouveaux objets d’attention de tous les regards. Même le grand tableau de Louin de Varsalance, sur son cheval avec le sabre en l'air, trônant au dessus de la cheminée, sembla regarder les intrus, voulant se prendre à son épouse et sa descendance. Quel honteux spectacle. Voir ses hommes dans cette salle croyant dans leur arrogance pouvoir agir comme bon leur semblait.

Un grand silence s’installa après la déclaration de Gilbert Yovien. Les invités pour leur part ignorants de tous, ne disaient rien et n’agissaient point. Les seuls qui semblaient ne pas être effrayés par le spectacle furent Izo et Anna qui chacun regardaient avec un air amusé cet homme de peu de grâce. Izo las du silence, sortit sa montre et trafiqua sur elle, faisant tourner les flèches de la montre dorée une fois en avant, une fois en arrière et des fois même leur faisaient faire des tours entiers. Anna, pour sa part sourit légèrement et mettant sa cuillère de côté, elle prit sa serviette pour la faire passer sur la bouche. La mettant à son tour de côté, elle dit au Commissaire avec un ton doté d’une amabilité frôlant l’ironie.
« Je vois que la qualité des sujets de notre bon Empereur semblent flétrir, mais bon, il est bien connu que les plus médiocres sont envoyés en Ardanie. Vous venez donc ici et vous voulez emmener mon fils et moi ? » Soudainement son ton changea pour devenir autoritaire « Quelle stupide arrogance ! Croyez-vous vraiment que vous pouvez ici venir avec votre pauvre papier et nous dicter votre loi. Vous oubliez que vous êtes devant ceux qui règnent et non ceux qui cultivent les champs. » Se levant de son siège, elle ajouta. « Etant donné que nous sommes entra de prendre le dîner, je vous demande de bien quitter cette pièce. Vous pourrez vous restaurer avec vos hommes dans la cuisine avec un peu de pain que mes cuisiniers vous remettront et y attendre jusqu’à que nous ayons terminés le repas. »

Regardant vers les chassures des intrus, elle n’oublia pas de remarquer. « Par contre, lavez-vous vos bottes avant car vous êtes entra de salir tout le Château avec ce mélange de crotte et de boue. Non que j’aurai de la compassion pour mes domestiques mais les tapis que vous souillez valent simplet dix fois tous les biens que vous pourriez nommer les votre. » Ayant dit ceci, la Duchesse s’assit à nouveau et reprit la cuillère en main sous les regards des agents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
État du Belondor



Nombre de messages : 1177
Date d'inscription : 13/11/2005

MessageSujet: Re: [RP 1] Un repas trop salé?   Lun 22 Juin - 11:43

Le Commissaire Yovien était de ceux qui pensaient que le poids des armes était toujours plus fort que le poids des mots, sans doute son esprit se bornait-il à la solution la plus radicale des deux, privilégiant la violence rapide aux longues palabres inutiles qu'il laissait volontiers aux politiciens et autres membres de l'exécutif ; lui, appliquant simplement les ordres, tâchant d'effectuer son travail avec sérieux.
S'il était habitué à poursuivre des voleurs ou des assassins, arrêter un Duchesse et un descendant au trône ducal était visiblement une autre paire de manches. Ainsi, il ne trouva rien de mieux à répondre à la vieille dame qu'un sourire, avant de s'essuyer gracieusement les pieds sur les tapis, comme s'il n'étaient que de simples paillassons.

A côté de lui, l'agent des services spéciaux eut un rictus, mi-amusé mi-navré avant de s'avancer au cœur de la salle. Son habit tranchait rigoureusement avec celui des fonctionnaires impériaux qui vérifiaient les papiers, il était habillé comme un homme de la haute société, à ceci près qu'il portait un sabre d'un côté de la ceinture et un pistolet à percussion, finement travaillé, de l'autre. Attendant que le calme ne revienne parmi la tablée, il s'éclaircit la gorge et annonça :


" Mesdames et messieurs, je souhaite un peu d'attention. Ce dîner est désormais clos, n'en déplaise à Madame la Duchesse, vôtre hôte. Celle-ci va être conduite accompagnée de son fils et son petit-fils par les Services Spéciaux jusqu'à la Capitale en vue d'être interrogés.
Notre intervention n'a nullement pour but de déranger une dame de son âge mais de clarifier une situation considérée comme étant assez dérangeante pour elle, le nom de sa famille et pour la Nation.
Je demanderai ainsi à chacun et chacune d'entre vous de donner les informations suffisantes aux agents de police en vue de pouvoir vous contacter pour les besoins de nôtre enquête, ainsi que de ne pas interférer avec nos arrestations. "

Si son discours était textuellement poli, le ton était véritablement autoritaire et montrait sa grande aisance dans pareille situation. L'agent fut rejoint par son confrère qui s'approcha de la duchesse et lui tira la chaise en arrière en vue de l'aider à se lever ; alors que son fils Izo était quant à lui saisit le bras, la pince aguerrie du policier démontrant vraisemblablement son habitude.

Seul restait l'enfant, qui ne semblait pas dîner avec les adultes, peut-être était-il au lit. Ainsi, voyant que la liste n'était pas complète, le Commissaire tâcha de se faire remarquer derechef en sollicitant les agents sous son commandement qui avaient visité l'étage puis en interpellant directement les convives :


" Il nous manque le jeune Guillaume de Varsalance ; je pense que dans cette situation, il serait préférable de nous dire où il se trouve plutôt que de forcer mes hommes à salir le reste du Château, pièce par pièce. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna de Varsalance (†)



Nombre de messages : 49
Age : 37
Date d'inscription : 15/01/2008

MessageSujet: Re: [RP 1] Un repas trop salé?   Mar 23 Juin - 1:53

La Duchesse regarda le Commissaire se nettoyer ses bottes sur les tapis. Quel affreux drames, des telles pièces salit à jamais par les pieds ignobles d'un être qui demontrait une aussi pauvre connaissance dans le domaine de la beauté.

Restant stoïc, la Duchesse jura de se venger pour un tel affront. Elle se jura que ce commissaire aurait le cou à une corde avant la fin de l'année et qu'avant elle lui ferait avaler sa propre merde qu'il osait aujourd'hui user pour salir ce que maintes heures de travail et de patience avaient su créer.

Franchement, la Duchesse se disait que les temps avaient bien changés. Loin fut l'époque ou la grâce et la galanterie dominaient, loin furent les temps ou on respecta les accusés et qu'on ne s'attaqua pas au premier venu. Loin furent-t-elles s'ils avaient une fois existées.

Le tapis rendu brun à plusieurs endroits par le travail du Commissaire, beaucoup des invités regardaient cet homme depourvu du respect pour le travail des autres. Le fonctionnariat impérial ne fut pas vraiment en grande estime parmi beaucoup d'habitants de l'Ardanie car l'eau et les mentalités rendait les cris venus de la capitale tellement exotiques qu'on préféra vaguer à ses occupations que de prendre note ce que disaient quelques fonctionnaires pretencieux depuis leurs bureaux à Elbêröhnit. Mais aujourd'hui, ce fut carrément l'image du fonctionnaire inculte et malpoli qui fit son triomphe dans ce lieu.

Après que l'agent des services spéciaux avait fait son petit discours en s'ayant mit entre toutes les tables, la plus part des invités commencaient à montrer leurs papiers aux agents. Etrange fait, tous avaient prit leurs papiers avec eux, comme s'ils avaient presentit la necessité. Mais en verité, ce fut probablement dû au fait que les agents de polices et de l'état furent devenus dans les derniers mois tellement obstinés à faire règner l'ordre, que personne voulait prendre le risque de rencontrer un policier sans être en possession de papier, surtout que leur réputation fut de loin celle d'hommes comprehensibles et respectueux, tout particulièrement en Ardanie ou on se souvenait encore de la période de l'occupation militaire.

La Duchesse par contre fut de loin prête à collaborer avec ces intrus. Elle ne supportait pas qu'on lui donne des ordres dans sa propre demeure et en plus elle n'avait pas l'intention de quitter l'Ardanie. Sentant une grande envie de donner quelques bonnes claques à l'agent des services spéciaux, elle lui répondit avec une colère retenue à son discours.
" Ne vous faites pas d'illusion, si on veut me faire subir un interrogatoire, alors on viendront ici me le faire. Je n'ai nulle intention de quitter l'Ardanie pour aller dans cette puante ville qu'est Elbêröhnit et surtout pour me soumettre à des grotesques questions. La Justice veut me parler? Alors qu'elle vienne ici. Je n'ai pas à me bouger pour une bande de paysans en uniformes! "

Fachée, elle vit comme l'agent s'approcha d'elle. Le voyant venir, elle le fusilla du regard. Quand sa chaise fut retirée, la Duchesse se leva brusquement et regarda l'agent avec un regard de mépris pour ce qu'elle considerait une vermine. Izo pour sa part, bien plus calme et aussi plus sage, ne fit point de résistence aux agents et se laissa faire car à quoi bon se battre? Que voulait-t-on bien le reprocher? D'avoir manger à cette table? D'avoir laisser son vieux chien pisser aux murs de la Mairie de Varsalance? Un sourire fit son apparitionsur ses levres. Cette situation avait, si on n'avait rien à se reprocher, une certaine comique.

Entendant comment on chercha Guillaume, Izo regarda les agents et répondit dans un ton près de l'ironie mais encore assez proche du respect pour ne pas pouvoir fâcher.
"Guillaume? Probablement qu'il est entra de boire un coup avec Voltaire. Mais bon, seul les Dieux savent ce que ces jeunes gens ont en tête et surtout ce qu'ils font quand on les laisse vivre leur vie. Mais la question est intéressante, je dois avouer. Je serais curieux de savoir ou est Guillaume. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
État du Belondor



Nombre de messages : 1177
Date d'inscription : 13/11/2005

MessageSujet: Re: [RP 1] Un repas trop salé?   Mar 23 Juin - 14:10

Visiblement, les réponses ne suffisaient pas et tandis que la Duchesse et son fils étaient ferrés et conduits dans la carriole devant les conduire jusqu'à leur geôle, plusieurs policiers fouillaient le château à la recherche du jeune homme perdu. La demeure en elle-même n'était pas grande, mais les possibles caches étaient nombreuses, ainsi, on sondait les murs, on arrachait les toiles et l'on décalait les meubles. Au milieu de ce capharnaüm magnifique (car les tonalités variaient avec autant de beauté que de biens déplacés ou désossés), les agents spéciaux tâchaient de rester le plus vague possible quant aux motifs de cette arrestation, aussi surprenante que spectaculaire.

Dès lors que les deux prévenus furent installés à bord de l'engin tracté qui devait les conduire à Varsalance, le Commissaire Yovien monta avec eux, un sourire satisfait au coin des lèvres. Bien évidemment, il ne manqua pas de demander à l'agent monté à ses côtés, de vérifier que les chaînes avaient bien été cadenassées aux supports en fer prévus à cet effet sur la tablette de bois servant de siège ainsi que de maillon à chaîne.

Ils quittèrent ainsi le Château de Rochefort, quelque trente minutes après leur arrivée, laissant dans la spéculation des invités toujours aussi hébétés devant la situation ; nul doute que des remarques désobligeantes seraient adressées aux responsables de l'exécutif, mais l'important avait été de mettre la main sur les personnes recherchées. Malgré l'absence de Guillaume et le spectre d'un mariage effectué plus tôt que prévu se dégagea la satisfaction des agents judiciaires d'avoir réussi leur coup de filet et d'éviter la honte du pays tout entier devant cette union considérée comme hérétique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP 1] Un repas trop salé?   Aujourd'hui à 18:54

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP 1] Un repas trop salé?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» FIDJI canichou abricot 17 ans abandonné car trop vieux (76)
» Repas du tournoi
» [Foret] Cette chasse est gardée et il y a un prédateur de trop ici... [PV: Len Tsukimori & Lena Carter]
» un site ke trop crampant XD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire du Belondor :: Département de la Côte d'Argent-
Sauter vers: