L'Empire du Belondor

Micronation s'inspirant du Premier et du Second Empire français ainsi que de la Rome antique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Rencontre avec Remens Arion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
État du Belondor



Nombre de messages : 1177
Date d'inscription : 13/11/2005

MessageSujet: Rencontre avec Remens Arion   Mar 1 Jan - 6:37

Remens Arion professeur d'Histoire et de philosophie politique à l'Université d'Ecosient nous a reçu chez lui dans une villa du bord de mer, de l'ancienne Capitale du Belondor. Il répond à nos questions et nous livre ses réflexions sur la société actuelle.

Le Monde Impérial : Bonjour professeur, à près de 60 ans, vous entamez actuellement vos dernières années en tant que professeur. Heureux ou anxieux ?

Remens Arion : Ni l'un ni l'autre, je prend ceci avec fatalité... J'aurai pu travailler quelques années encore, mais après 33 années à cotiser, il ne me reste plus que deux années à tirer. Les lois sont ainsi et je ne peux m'y soustraire.

LMI : Justement, après ses 33 années à enseigner, vous devez avoir vu la société belondaure évoluer, sans compter que vous avez entièrement connu l'époque merksiste-luniniste...

R.A. : J'aurai connu le pire et le meilleur du Belondor. J'ai connu l'époque où le Belondor était une très grande Nation, au sens de la Très Grande Nation : deuxième puissance économique, première puissance militaire, première puissance scientifique et technologique. Le Roi était respecté, fort et adoré. Et j'ai connu la descente aux enfers... un Belondor humilié, proie des autres grandes puissances de Centralie, qui a vu son PIB reculer de manière plus que lamentable. Un Belondor déchiré aussi, par des années de guerre civile, que finalement l'Empereur Nabelnine Ier a fini par remporter pour permettre au Belondor de retrouver sa puissance.

LMI : Vous vous êtes toujours défendu du moindre contenu idéologique dans vos paroles, pourtant elles sont clairement engagées dans ce que vous venez de nous dire...

R.A. : Ah bon ? Je ne fais qu'un constat... je ne dis pas que l'idéologie impériale est meilleure que les idéaux merksiste-luniniste. Je donne juste l'état de fait que le Belondor a décliné sous la République merksiste-luniniste. Je suis historien et j'ai fait plusieurs études... le régime merksiste était censé éliminer les nantis du régime royal et la dictature... il a fait l'inverse : simple constat.

LMI : Justement en pleine polémique à savoir qui de l'ALB ou de l'ADP aura le monopole des idées libérales, pensez-vous comme Ségolaine Royel que les divisions habituelles du clivage politique belondaure (impérialistes, nabelnistes, parlementaristes, républicains) sont érronées ?

R.A. : Bien entendu... il était temps qu'un homme politique - et en l'occurrence c'est une femme - s'en rende compte.

LMI : Que vouliez-vous dire ?

R.A. : Ces divisions sont artificielles. Les divisions basées sur la nature du régime politique sont bien trop complexes en vérité. Les parlementaristes autoritaires, modérés, d'assemblée, les nabelnistes, les impérialistes absolutistes et constitutionnels en réalité ils sont tous nabelnistes. Ils souhaitent tous avoir un Empereur, un Empire, et que celui-ci soit immuable, entériné, et respecté. Quant aux républicains, s'ils représentent 3% du paysage politique belondaure c'est un grand maximum... Les véritables divisions sont entre les conservateurs, les libéraux et les sociaux-démocrates. Je suis d'accord avec elle... bien qu'il y ait peut-être d'autres tendances politiques sur les extrêmes.

LMI : Et quelle serait la justification de ces clivages ?

R.A. : Le conservateur est celui qui souhaite préserver le régime de la "démocratie impériale" et donc les prérogatives de l'Empereur... mais il y associe aussi une quatuor "Ordre, Propriété, Religion, Famille" ; cela ne l'empêchant pas pour autant d'entreprendre des réformes, notamment dans le domaine social, mais principalement par opportunisme. Bien, qu'ils aient obtenu plus de 85% des voix aux dernières élections, j'évalue leur audience réelle à 65 ou 70% de la population.
A l'inverse le libéral souhaite instituer une démocratie parlementaire dans lequel l'Empereur serait un autorité morale et un arbitre, préservant l'intégrité de l'État dans les politiques régaliennes et garantissant sa continuité en cas de crise. Par ailleurs, il attache une importance extrême au libéralisme économique - liberté d'entreprendre, liberté d'échanger (libre-échangisme), faible fiscalité, État tourné prioritairement vers ses fonctions régaliennes -, couplé à une liberté individuelle, qui cependant ne doit pas être une licence à faire n'importe quoi, car le libéral reste attaché à l'ordre social et à la propriété. J'évalue entre 15 et 20% leur audience électorale (12% aux dernières élections).
Enfin, le social-démocrate est également favorable à une démocratie parlementaire égalitaire, dans laquelle il n'existerait pas de chambre qualifiée d'"anti-démocratique" c'est-à-dire non issue du suffrage universel direct. Il prône un profond réformisme social pour réguler les effets pervers du marché, assurer une subsistance à chacun des citoyens par la redistribution des richesses. En cela se distingue du libéral par son opposition au libéralisme économique. Sinon, au niveau des libertés, de la démocratie, du droit et de la nature du régime il reste assez identique... de même son audience est comprise entre 15 et 20% je pense.
Ainsi, le RT et le PSM sont conservateurs, l'ADP et l'ALB - n'en déplaise à ce dernier - sont libéraux, tandis que le MSP est le seul mouvement social-démocrate.

LMI : Et le merksisme-luninisme et le nabelnisme dans tout cela ?

R.A. : Le merksisme-luninisme est la seule manifestation du républicanisme au Belondor... il n'existe pas de républicain libéral, conservateur ou social-démocrate (ou alors ils sont très rares). Simplement parce que ceux-ci se placent dans la logique du régime, à l'inverse des merksistes-luninistes qui le condamnent.
Quant au nabelnisme il s'est voulu une synthèse des trois courants de la politique belondaure, en voulant assurer l'autorité de l'Empereur et la "démocratie impériale", le progrès social et le libéralisme économique. Mais en fait, il n'est qu'un courant conservateur... le nabelnisme c'est du conservatisme social et nationaliste (c'est l'optique de la Très Grande Nation), quand le PSM est plutôt conservateur pur... sans véritable vision sociale et nationaliste... bien qu'avec des hommes tels que le Comte de Varsalance cela semble devoir changer quelque peu. Mais je ne serai pas surpris qu'à terme, le RT et le PSM d'un côté, l'ADP et l'ALB d'un autre s'unissent en une seule formation... je pense même que pour parvenir à leurs fins les libéraux finiront par demander l'aide et l'alliance des sociaux-démocrates du Mouvement Social-Progressiste.

LMI : S'il y a une extrême-gauche avec les merksistes, il doit bien y avoir une extrême-droite...

R.A. : Et bien celle-ci on la trouve dans la frange la plus réactionnaire des conservateurs... chez ceux qui prônent l'absolutisme impérial, la disparition du Parlement, des partis politiques et qui associe très étroitement la frange la plus radicale du Syisme et le conservatisme... des ultra-montains en fait, à la limite de la théocratie.

LMI : Les libéraux et les sociaux-démocrates ont-ils une chance un jour de dépasser un tiers des suffrages alors ?

R.A. : Oui... bien entendu, le conservatisme aura toujours une base solide de 35% à 40% des suffrages, alors que les libéraux sont à 15% et pareil pour les sociaux-démocrates. Mais je pense que logiquement, ils devraient finir par augmenter si l'on suit l'intégration croissante d'une nouvelle classe d'âge - réputée plus à gauche - et de l'Eslagne et de l'Ardanie qui devraient voir dans ces deux courants une possibilité de garder leurs particularismes locaux. Par ailleurs, je reste persuadé que l'instauration de la proportionnelle ne pourra que leur permettre de réaliser de meilleurs scores, à condition qu'ils cessent de se battre stupidement comme l'ont fait dans le passé les membres du MSP ou l'ADP avec l'ALB aujourd'hui...

LMI : Je vous remercie d'avoir répondu à nos questions.

R.A. : C'est tout naturel.


Eliaseina Gorinza.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rencontre avec Remens Arion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arion Sinoëth [FINI]
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» perdu avec sa veste [PUBLIC]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire du Belondor :: Le Monde Impérial-
Sauter vers: