L'Empire du Belondor

Micronation s'inspirant du Premier et du Second Empire français ainsi que de la Rome antique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Remise de la Constitution

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caulaincen de Beneline(†)



Nombre de messages : 391
Age : 56
Date d'inscription : 23/10/2005

MessageSujet: Remise de la Constitution   Dim 11 Nov - 12:27

Le Grand Chambellan du Palais Impérial venait de quitter la Cour du Choloromée afin de se rendre à "sa maison" comme il l'appelait... une maison qui n'était ni plus ni moins que la demeure des Rois et Empereurs du Belondor : le Palais Impérial Ceronine II. Demandant au chauffeur de sa voiture de se presser, il réfléchit à toutes sortes de choses les plus futiles, avant d'ouvrir le petit cahier officiel renfermant la IIème Constitution de l'Empire. Celle-ci lui plaisait. Elle respectait tout à la fois la tradition impériale et religieuse du Belondor tout en laissant une place à la démocratie. Une séparation des pouvoirs assez souple y était assuré, et l'on s'était assuré que la dictature parlementaire ou judiciaire ne pourrait plus avoir lieu.
Alors, il le referma et pensa aux derniers évènements. L'Empire allait enfin avoir une nouvelle constitution. Il ne doutait pas que l'Empereur allait la soumettre à plébiscite et que celui-ci serait victorieux pour ses auteurs. Il n'en avait aucun doute. Mais, quel serait l'avenir de cet Etat qu'allait fonder la nouvelle constitution ? A dire vrai, Caulaincen de Beneline avait peur de l'avenir. Cinq nations étaient en guerre avec le Belondor, et pourtant elles ne la lui faisait pas.
Voilà plus de deux semaines que les Gélèbrois, les Euronées et les Hollyadiens étaient en guerre avec le Belondor, pourtant aucune offensive, aucun bombardement, ni même la moindre escarmouche n'avait eu lieu. Le Matnal aussi venait d'entrer en guerre, et il s'était employé depuis ce temps à mobiliser ses forces... alors que le Mippon aux traditions beaucoup plus brutales s'étaient montré bien plus... expressif : les Mipponais avaient décapité notre Ambassadeur au Mippon et tués tout le personnel diplomatique. La guerre dans cette partie du Globe serait terrible.
Alors, le Belondor attendait l'offensive, prêt à en découdre pour son idéal et ses principes face à des nations qui étaient soit absolutistes, soit aristocratiques - car s'il existait un parlement, il n'était élu qu'au suffrage censitaire ou par la noblesse seule. Ainsi, c'était la lutte entre deux modèles, deux messianismes qui s'annonçait : la démocratie forte contre l'absolutisme ; le suffrage universel contre l'oligarchisme ; la souveraineté nationale et impériale contre la possession féodale ; le patriotisme contre le légitimisme. Les journaux - le sien, Le Monde Impérial - et la télévision assuraient que nous étions prêts à faire face à cinq nations. Même si Lutéale n'avait que peu de troupes, que l'Alaïenie et l'Ismarkie n'étaient que difficilement défendables et que l'Argentorate-Occidentale ne pourrait mobiliser que pour assurer sa propre sécurité ; même si la mer étaient couverte de navires gélèbrois, la première flotte du Micromonde et que leurs vaisseaux opéraient un blocus sur notre Empire." Et alors ?", répondaient les experts militaires. "Nous avons l'arme nucléaire !". C'est exact en effet... mais la Gélèbre aussi. Et si nous faisons appel à notre arsenal nuéclaire, la Gélèbre fera de même. Non, il était certain que cette guerre devrait se gagner conventionnellement... et là le rapport de force était plus inquiétant. L'Empire comptait au total un peu plus de deux cent millions d'habitants... et avec le soutien du Mippon et du Matnal désormais, c'était sur près de trois cent millions d'habitants que la Ligue d'Augsbourg pouvait compter. Que pourrions-nous alors faire ? D'autant plus, s'il venait l'envie aux Bordures de nous déclarer eux aussi la guerre.
Caulaincen dû chasser ces sombres pensées de son esprit. Il venait d'arriver au Palais Impérial, dans l'arrière cour. Il sortit de la voiture et se dirigea tranquillement du côté du cabinet de l'Empereur. En montant les escaliers, il croisa le Consul de la Couronne, Erasmus Nerym, et le Grand Moff des Armées Impériales, le Prince Ismarkus d'Eslagne. Tout deux discutaient à voix basse et semblaient extrêmemnt soucieux. Apparement une réunion du Conseil d'Etat-major des Armées venait d'avoir eu lieu et les nouvelles n'étaient pas bonnes. L'Archiduc de Quentrum sortit d'un couloir transversal, les salua avant de repartir vers l'arrière cour en faisant au Grand Chambellan un bref signe de la tête, ce par quoi il répondit par une révérence. Il s'approcha alors du Consul de la Couronne et du Grand Moff :


- Bonsoir, Messieurs. J'ai une excellente nouvelle à vous annoncer. La rédaction de la IIème Constitution de l'empire est terminée et j'en apporte justement le cahier officiel à l'Empereur. Oh, il y eut quelques modifications par rapport au texte initial bien entendu, mais rien qui ne modifie le sens de celle-ci. La plus grande modification est peut-être que le Cardinal du Palais va devenir Grand Aumônier Impérial maintenant... mais peu importe le titre tant que la fonction reste la même ! Mais dîtes-moi... quelles sont les nouvelles ?
- Et bien, elles sont quelques peu... mauvaises, répondit le Grand Moff avant que le Consul n'ait eu le temps de le faire. Les forces de la Ligue d'Augsbourg mobilisent, se renforcent et manoeuvrent. Je suis personnellement assez inquiet, tout comme Monsieur le Consul de la Couronne. Mais l'Empereur préfère attendre, il veut mobiliser complètement l'Armée Impériale avant d'envisager une quelconque offensive pour les prendre de cours... Je ne sais quelle idée il a en tête mais pour moi elle est quasi suicidaire ! Nous courons à la catastrophe je vous le dit. Il nous fallait attaquer dès maintenant afin de les prendre de vitesse et de les forcer à négocier.
- Assurément, mais si leurs troupes résistaient, comment aurions-nous fait alors pour résister à leur offensive avec seulement la moitié de nos forces de mobilisées ? Faîtes confiance à l'Empereur, Altesse et Excellence... Il nous a toujours conduit jusqu'à la victoire à présent. Et même si l'ennemi de trouvait à Ecosient, je croirai encore en sa capacité de vaincre. Et vous savez pourquoi ? Parce qu'il est un grand Empereur et qu'il est entouré de grands Consuls et d'un Grand Chef d'Etat-Major des Armées.

Le Grand Chambellan salua alors le Consul et le Grand Moff de manière très protocolaire puis se dirigea vers le Cabinet de l'Empereur. Il y frappa avant d'entrer. L'Empereur lui prit le cahier officiel, et lut la IIème Constitution de l'Empire attentivement. Au bout de vingt minutes, il referme le cahier, et regarda le Grand Chambellan pour lui dire :

- C'est excellent. La IIème Constitution de l'Empire a été trouvée. Il va falloir que je rédige avec mon cabinet, un décret que publiera - Il feuilleta la IIème Constitution de l'Empire pour voir qui devait promulguer ce décret - le Chancelier Rex Civit concernant le plébiscite d'approbation de cette constitution. Vous pouvez disposer, Beneline.

Alors, que le Grand Chambellan salua l'Empereur et repartit en direction de la porte, l'Empereur l'interpella :

- Beneline... Beau travail. Félicitations à vous, et à tous ceux qui ont contribué à sa rédaction.

Alors, l'Empereur se remit à travailler un dossier et le Grand Chambellan sortit du Cabinet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Remise de la Constitution
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mirlande Manigat est contre l'Amendement de la Constitution
» remise en vente des maisons abandonnees
» Osner Févry ne veut pas d'amendement de la constitution de 1987
» Changer ou amender la Constitution de 1987 ?
» HAITI: HISTOIRE, POUVOIR, CONSTITUTION

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire du Belondor :: Jusqu'à 2711 :: Administratives & législatives-
Sauter vers: