L'Empire du Belondor

Micronation s'inspirant du Premier et du Second Empire français ainsi que de la Rome antique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Impertinent : numéro 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erica Lahan



Nombre de messages : 1810
Age : 36
Date d'inscription : 13/12/2006

Notoriété
Tendance politique: Aucune

MessageSujet: L'Impertinent : numéro 2   Jeu 28 Déc - 7:26

Portrait
Gibenine Heerburus : qui a peur du grand méchant mou ?


« Nourrissez un chien avec du pain toute sa vie, puis donnez-lui un morceau de viande, il s'y jettera dessus. » De même, donnez à un homme un petit bout d'autorité et il s'en saisira avec la même avidité. Gibenine Heerburus en est la parfaite illustration.
Discret, il peine longtemps à exister au Silverland d'abord, puis au Belondor. Après une entreprise « Pyro » qui n'a pas fait long feu(on devait certainement le considérer comme un enfant à qui on interdit de jouer avec les allumettes), il tente d'entrer dans la cour des grands en politique en fondant le PNS(Parti National et Social). Ce parti, qu'il qualifie lui-même d' « extrême-droite », reçoit l'approbation de Sa Majesté l'empereur, au grand désespoir du Duc Adalbert de Talleyrand-Braserel, sénateur et consul aux affaires étrangères, qui déplore à l'époque que « la Loi sur les partis politiques [amendée le 24/10/2006]" qui, dans son premier article stipule que "Tout parti politique se doit de respecter la constitution et de n'être influencée par aucune idée d'extrême-gauche, de base merksiste-luniniste, ou idée d'extrême-droite " n'ait pas été prise en compte. »
Quant à son altesse impériale, le duc François d'Ecosient, il déplore que « des imbéciles puissent créer des partis politiques ». Pas de commentaire du César sur ceux qui autorisent de tels partis...
Seul leader d'un parti possédant une armée privée de 7000 hommes armés, M. Heerburus assure qu'il « n'a pas l'intention de faire un coup d'état ». Le Belondor peut respirer.
Autoproclamé « Maréchal » du Parti « national et social », M. Heerburus est ce qu'on peut appeler un joyeux drille. Il ne pense pas aux autres « d'abord », mais, prétend-il, aux Belondaures. Comme il le dit si bien lui-même :Le but du PNS est de favoriser l'économie du Bélondor mais aussi de sortir le Bélondor des associations micromondiales. Je propose un gouvernement de préférence nationale. L'armée sera également renforcée et les étrangers auront plus de mal à venir au Bélondor(...)Le PNS est un parti pour les citoyens qui souhaitent passer en premier et pas après les étrangers(...)Je menerais une politique en faveur du vrai peuple et pas des étrangers(..)
Heureusement, Les liens amicaux avec les autres nations seront maintenus. On se demande bien comment, s'il souhaite sortir le Belondor des organisations micromondiales...On pourra toujours faire une belote ou une partie de boules entre « amis »...Car, pour les mauvaises langues qui en douteraient encore, celui qui prône une idéologie xénophobe et raciste sait encore ce que le mot « amitié » veut dire...
Les sorcières ne sont pas ses « bien aimées », au point qu'il veuille les chasser. En leur donnant du : « allez, ouste, du balais ?
Enfin, ce grand apôtre de l'humanisme et de la tolérance sort son revolver dès qu'il entend le mot « culte »(hors syisme), comme en témoigne le volet religion de son programme :La religion Syiste sera la seule religion autorisée.Les autres religions seront interdites.Les autres lieux de cultes n'ayant pas de rapport avec la religion Syiste seront détruits.
Nul doute que Sa Majesté et le Vicomte de Carabas, qui vantent leur tolérance en matière religieuse, et M. Chinmay, qui vient de voir le Bouddhinsme enfin reconnu comme « religion invitée » par un décret imperial, apprécieront.
Parti « national », on comprend, donc...Mais le « social », on le cherche encore. M. Heerburus déclare vouloir « plus de budget pour l'armée », mais répugne à s'exprimer sur celui du social, de la santé, de la culture ou de l'éducation...Un détail de l'histoire, sans doute...A moins qu'il ne s'agisse d'une forme de pudeur...Cette seconde hypothèse correspondrait bien au personnage : il faut dire que M. Heerburus est un grand timide, généralement incapable d'aligner plus de trois mots dans une phrase. Saluons au passage Abel Granine, du service politique de Belondaure Télévision 1, qui a réussi à lui faire prononcer une phrase inhabituellement longue, lors de son passage à son émission. Sans doute préfère-t-il l'action et les effets d'annonce aux discours : il parvient à mobiliser des milliers de personnes dans le cadre du premier meeting de son parti, leur donnant rendez-vous le 17 décembre à Minelit. Le jour « J », « Maréchal, nous voilà ». Mais les mobilisés attendent encore le discours...
Mais faire venir les gens est déjà suffisant : pourquoi faudrait-il parler, en plus ?
Actuellement, Gibenine a enfin trouvé un emploi à sa mesure, nommé par Sa Majesté « Préfet délégué à la Sécurité sous tutelle du Consulat de l'Intérieur », chargé de l'immigration et de la police impériale. Enfin quelqu'un qui a la gueule de l'emploi pour une fonction qui a pour but d'arrêter les gens pour délit de « sale gueule »?...En tout cas, le nouveau préfet semble adorer jouer « aux gendarmes et aux voleurs », côté « gendarme » contre les révolutionnaires et les terroristes, ou les minorités non syistes, cela va de soi(il se souvient notamment avec émotion de ses « premières ratonnades ». Un homme charmant). Mais, celui qui prétend cacher une main de velours dans un gant de fer, est actuellement « à l'essai » : les révolutionnaires arrêtés par ses soins sont confiés à sa garde, en attendant l'instauration d'un système judiciaire.
« Le système judiciaire n'est pas terminé. Il nous ait donc impossible de les juger pour l'instant. Il vous ait donc demandé de les interner et de veiller à leur surveillance jusqu'à leur jugement. Votre place à la tête de ce Département en dépend. » prévient Sa Majesté.

On sait ce que M. Heerburus n'aime pas, mais on ne sait pas grand chose sur ce qu'il aime vraiment, à part la jeunesse peut-être, dont l'encadrement tourne à l'obsession(il est très fier de sa « jeunesse nationaliste »,groupement des éléments jeune du parti). A défaut de mettre au pas les révolutionnaires et les terroristes, il a au moins le mérite de faire marcher les jeunes au pas...

Réformes :
Code de l'organisation judiciaire : le Belondor dans l'attente de sa justice

Jusque-là, des prisons mais pas de tribunaux au Belondor.
Ceux qui attendent actuellement au purgatoire de la détention provisoire sans jugement peuvent désormais se rassurer : Fustel Dicasien, membre de la Commission d'Instauration d'un Système Judiciaire(CISJ) vient enfin d'accoucher d'un projet. Sa Majesté a su faire un choix judicieux en la personne de M. Dicasien...Reste à voir appliquer un tel projet... Ce code nous garantira-t-il une réelle séparation du judiciaire et de l'exécutif ? Là est la question...


Chambre des chevaliers : foin des préliminaires, accélérons les(d)ébats
les débats dureront maintenant 48 heures au maximum et 24 heures au minimum.
- les votes dureront maintenant 48 heures au maximum et 24 heures au minimum
Si les sénateurs traînent à débattre et voter des projets, les chevaliers, eux, sont incités à galoper...Sa Majesté, bon prince, permet encore la réunion du parlement...On a presque envie de se dire : pourquoi perdre son temps en débat et en vote ?


La Réforme de la Sécu se met en train...de sénateur !
Un énième projet social qui dormait dans les tiroirs est exhumé le 27 octobre 2006 par le sénateur Marc Vellerin, qui souhaite « la révision de cette loi-même pas appliquée en son état d'origine(!)- et qui est à l'origine de la médecine à deux vitesses au Belondor, qui permet aux seuls riches de se faire soigner ». M. Vellerin propose donc une nouvelle réforme permettant d'avoir « une même médecine pour tous ». Le 13 novembre, Son altesse le duc François d'Ecosient déclare « le débat ouvert ». Le 23 décembre, le débat n'a toujours pas eu lieu....Le duc Adalbert de Talleyrand-Braserel en conclut alors que « personne n'a rien à dire sur ce projet » et suggère de passer au vote, « le dossier n'ayant que trop traîné. »
Le 27 décembre, toujours rien. Le projet n'est peut-être pas assez ronflant, mais les sénateurs, eux, roupillent...

Minorités
Des soldats impériaux provoquent une émeute halawiste :


Des milliers d'émeutiers ont été dispersés hier, par des bombes à eau, larguées par l'aviation, sur ordre du Grand Moff, prince Ismarkus d'Eslagne.
L'émeute aurait été causée par la provocation de deux soldats de l'armée impériale à l'encontre de civils halawistes-une femme et un enfant-qu'ils auraient qualifiés de « sauvages ». Depuis la nomination du préfet Heerburus, il semble que l'armée et la police pensent pouvoir se livrer à des exactions gratuites envers les minorités non syistes, et ce, en toute impunité. Des blagues pas drôles bien nauséabondes, que l'on croyait disparues, refont surface ; des citoyens n'osent plus partir aux sports d'hiver, de peur de se voir demander leurs papiers à cause de leur teint devenu bronzé...Car, chez la police version Heerburus, on cogne d'abord, et on questionne ensuite...Le délit de « sale gueule , quoique non écrit, est décidément à la mode...L'article 10, du titre II(« Du respect du corps humain »)du code impérial n' assure-t-il pas « la primauté de la personne », interdisant « toute atteinte à la dignité de celle-ci » et garantissant « le respect de l'être humain dès le commencement de sa vie » ?

La loi sur la police est promulguée dans l'urgence avant débat, « à titre provisoire » par l'empereur. Quelle chance pour notre préfet qui voit ses lois rapidement promulguées. D'autres projets-plus « civiles » et moins « martiaux », moins axés sur le sécuritaire-ne bénéficient malheureusement pas d'un tel traitement de faveur.
« Les circonstances exigent de telles mesures », s'explique sa Majesté, justifiant l'adoption rapide du texte sur la police. Mais n'y a-t-il pas urgence pour la justice ou les lois sociales ?...Question de priorité, sans doute... Le Belondor aurait-il choisi « les canons et les matraques, pas le beurre » ?
Cette situation à l'encontre des minorités non syistes semble contredire les récents décrets impériaux en faveur des religions « invitées », autres que le Syisme. Sa Majesté, qui a nommé M. Heerburus préfet délégué à la sécurité, reprendrait-elle d'une main ce qu'elle donne de l'autre ? Car, le PNS a tout intérêt à ce que ce genre de situation perdure, pour justifier de nouvelles mesures toujours plus répressives. Chacun sait que ce type de parti trouve sa force et sa raison d'être en entretenant la peur, la haine et l'instabilité...


Dernière édition par Sa Majesté Nabelnine 1er le Jeu 28 Déc - 7:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'Impertinent : numéro 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Collections numérisées d'enluminures
» TNT - la télé tout numérique
» 1° SUPERIEUR; Les Grandes Personalités de la Numérologie
» Numéros surtaxés enfin gratuits !!
» Numéro de joueur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire du Belondor :: Le Dégel-
Sauter vers: